Accueil / Réflexions / Passé lointain

Passé lointain

Il est surprenant que le chanvre de nos jours soit parfaitement interdit.

Si l’on remonte quelques siècles en arrière, l’on s’aperçoit, ce que l’on ne dit pas, que le chanvre servait au petit peuple à vivre.

Le travail du chanvre se faisait en commun et permettait de nouer des liens entre différentes personnes.

C’est de là que vient l’expression « tissu social » mis à ce jour à toutes les sauces et tant vanté par des patrons se disant avoir la fibre social.

Mais les puissants nous enfument avec leurs mots qui nous parviennent en maux.

Le chanvre réunissait le petit peuple ? Alors il fallait le détruire, le faire disparaître des pratiques populaires car une collectivité qui vie dans une paix intérieure sociale est bien plus dangereuse que de soi-disants gauchisants.

Remettre cette plante au goût du jour permettrait, par exemple, de faire du papier sans avoir à dévaster les arbres et forêts dont on a tant besoin pour notre écosystème.

Mais pour les grands de ce monde, une plante naturelle facile à (re)produire par n’importe qui qui se donne un peu de peine, ne remplacera jamais les plus grands profits de ramener loin en terre des ressources épuisables.

Piller les richesses naturelles d’un pays, permet d’être gagnant à tous les coups : l’argent du veau d’or d’abord et le pouvoir sur ceux que l’on pille.

L’appauvrissement des terres pillées ruinent les autochtones.

Tant mieux, ils deviennent encore plus indépendants et à la merci des puissants.

Bien entendu, il n’y a pas de grand complot universel, il y a seulement, à répétition in fine, de se sentir plus fort en opprimant son voisin.

Et si ce n’est pas suffisamment, sous réserve de découvertes en aventures, l’on assomme les peuples que l’on considère indigène en opposition à industriel plus forts, plus puissants.

Et, l’on s’interroge toujours sur le pourquoi du comment du mouvement des gilets jaunes…

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.