Accueil / Idées / Parti politique, communication et gestion de crise

Parti politique, communication et gestion de crise

echec0904Depuis Mercredi, le 8 avril, un des partis politiques Français, rencontre un problème de communication.

Nul besoin de tourner autour du pot, il s’agit du FN, du Front National et de propos tenus dans une interview par Jean-Marie Le Pen (fondateur de ce parti) qui ne sont pas dans la ligne voulue par la présidente du FN, Marine Le Pen (la fille du fondateur).

Je ne veux pas revenir sur les propos tenus dans cette interview, dont je n’ai lu que des extraits sur internet que je n’ai pas envie de commenter.

Un parti politique a un programme et communique autour de celui-ci. Chaque parti a un programme véhiculant ses valeurs qui correspondent à son électorat.

Au plus simple, on va trouver à la base les électeurs, il y a ceux qui vont voter systématiquement pour le parti X, Y ou Z et ceux qui vont voter en faisant un choix en fonction des élections et des programmes (qui pourront passer d’un parti à un autre).

Puis, il y a les adhérents, ceux qui ont une carte du parti, qui payent une cotisation. Nombre d’adhérents ont juste la carte du parti, ils ne participent pas à la vie de celui-ci, et on ne peut même pas être certains qu’ils voteront systématiquement pour le parti dont ils ont la carte.

Il y a les adhérents actifs, la base du parti qui va aller aux meetings, coller des affiches en périodes électorales, soutenir le ou les candidats.

Et puis, il y a la direction du parti, avec ou pas d’élu (tout dépend de la représentativité) jusqu’à la tête avec le Président du parti.

Chaque parti doit avoir, comme une entreprise, un programme de communication.

Par le passé, avant la communication électronique, avant internet, les moyens étaient limités et en dehors d’une interview donnée sur une grande chaîne de télévision ou dans un journal de portée nationale, tout le reste passait inaperçue, pouvait faire des vaguelettes – sans plus.

Aujourd’hui, ce n’est plus le cas, le simple adhérent, un peu actif, d’un parti peut se faire remarquer dans un article, une interview qui fera – comme on le dit – du buzz sur internet.

D’ailleurs tous les partis rencontrent ce type de problème, et souvent des propos qui ne sont pas ceux de la ligne du parti, sont tenus et diffusés obligeant des réactions de la direction du parti.

Si c’est un simple adhérent, la gestion est simple et tout le monde comprend que c’est un faux problème, quelqu’un qui s’est permis de s’exprimer « au nom de… » sans aucune légitimité, autre que d’avoir payé pour adhérer !

C’est plus ennuyeux lorsqu’il s’agit d’un cadre du parti et/ou d’un élu, ses propos ont une portée plus importante. Et même, si ses propos ne sont pas dans la ligne du parti, certains pourront se demander si ce n’était pas un test pour voir la réaction de l’opinion publique (l’être humain est comme cela, il passe son temps à se questionner).

En tout état de cause, alors que tout devrait passer par la division « communication » des partis politiques, il est impossible de l’imposer, les organes de presse (tv, radio, papier ou virtuel) sont à l’affût de tout ce qui peut leur apporter une visibilité et les cadres des partis politiques le savent.

Dans ces conditions tous les partis politiques peuvent se trouver confrontés au problème rencontré par le FN, depuis hier, avec une nuance, c’est que dans le cas présent il s’agit du fondateur du parti, donc la portée de ses propos est plus forte que si c’est un simple cadre du FN, de l’UMP, du PS,…

Mais c’est une gestion de crise auxquels tous les partis politiques (et même les entreprises) doivent être préparés pour y faire face.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Booking.com