Oui

La semaine reprend ses droits, de nouvelles habitudes dont je n’ai pas l’habitude mais une quasi certitude, je sors jeudi après avoir vu l’anesthésiste.

Et cet hier après-midi, un des chirurgien chargé de ma future intervention m’en dire plus sur la manière dont je vais être mangé.

Sûr, ce sont Mandarin et mandarine, suivis des oranges, qui me l’ont affirmé.

Même pas eu droit au primitif « Vous êtes diabétique », juste voici un peu de confiture ; passés brioche et croissants, la semaine repart.

Mais, dès tout de suite, je prends mes quartiers pour aller déjeuner avec un ami qui accepte de copiner pour aller déguster je ne sais encore trop quels mets ; mais, cela sent déjà si bon comme le dirait le jazzman ancien.

Ah, un petit accroc qui ne se serait jamais passé antérieurement, avec la déjà si ancienne équipe : j’avais demandé assistance de vive voix à une infirmière, car il me semblait que mon cathéter faisait des siennes ; en tous cas c’est bien l’impression que j’en ai eu en voyant un pointe de mon bon sang, mais c’est bien sûr, sur le bras de ma chemise.

Je vous le dis, en vérité, j’attends toujours, mais l’écoulement s’est arrêté.

A propos d’attente, depuis samedi dernier, fameux week-end où la population semblait avoir déserté, me demandant même si malades et autres à soigner étaient toujours là, j’avais constaté, mes visiteurs également, qu’un passant s’était égaré à renverser un verre à café prés de la machine en disposant.

L’étalement est resté tout le temps de ce temps de Pâques, chacun ayant bien le droit d’en profiter.

Heureusement, aujourd’hui c’est parti car cela faisait vraiment tâche… autre chose et je vous lâche : j’avais visite de mon audition pour ce matin et viens d’apprendre sournoisement que non ce serait pour tout à l’heure.

Pourvu que les deux consultant ne se heurtent pas provoquant un grave accident d’ego.

Pas d’accident, mais rien à dire de l’audio à défaut de comparaison, ni de nouvelle du futur malgré la rapide visite d’un des intéressés (?) qui semble avoir oublié de correspondre avec son homologue sur le devenir de mon futur ; zouc machine…

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Booking.com