Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

Notre mode de vie est très fragile

2020 nous a montré que le monde occidental qui s’est construit depuis la fin de Seconde Guerre mondiale, donc à partir de 1945 est très fragile, mais pas dans tous mes domaines.

Notre monde peut supporter des crises financières sous toutes ces formes, que ce soit les chocs pétroliers dans les années 1970, l’inflation (à 2 chiffres dans les années 1980), un crack venu des Etats-Unis en 2007 et autres chocs depuis plus de 70 ans, mais face à un virus, il est tétanisé.

Depuis le début de l’année, un coronavirus, du nom savant de SARS-CoV-2 s’est propagé dans le monde entier, il a mis à genoux nos économies, obligeants à injecter par milliards d’euros, de dollars ou autre pour mettre tout le système sous respiration artificielle.

Pourtant, il y a une centaine d’années, un autre virus, c’était abattu sur notre monde, la grippe Espagnol (nom donné parce qu’elle est arrivée d’Amérique du Nord par l’Espagne). Elle n’a pas bloqué l’économie, mais elle a laissé derrière elle des millions de morts.

Ce que nous refusons, aujourd’hui. Pour éviter des millions de morts que pourrait provoquer la Covid-19 sans possibilité de soigner les malades gravement touchés à cause de la saturation totale des hôpitaux, en laissant la maladie se propager pour atteindre une immunité collective, les gouvernements décident des confinements bloquant le fonctionnement économique.

Si ces confinements font reculer ce coronavirus, au-delà de l’endettement des pays, ils provoquent chez nombre de personnes des troubles psychologiques plus ou moins graves, il oblige à reporter certains examens médicaux, certaines opérations. Quelles conséquences sur la santé et la mortalité ?

Aujourd’hui, nous avons des vaccins et un début de vaccination, mais déjà des mutations importantes de SARS-CoV-2, un peu comme pour le virus de la grippe saisonnière (avec des mises à jour nécessaires du vaccin tous les ans). L’actuelle version des vaccins est-elle efficace ? On nous dit que OUI.

Un parallèle à prendre en compte. Lors d’un incendie, si les pompiers maîtrisent rapidement le feu avec les puissantes lances, le plus gros des dégâts n’est pas provoqué par le feu mais par l’eau.

Le problème est qu’aujourd’hui, les confinements, les fermetures administratives, les couvre-feux, … L’équivalent des lances à incendie provoquent plus de dégâts que SARS-CoV-2 lui-même, l’équivalent du feu.

Mais, nous avons organisé un monde où nous n’acceptons plus ni la mort, ni la maladie, il faut lutter, comme l’a dit Emmanuel Macron « coûte que coûte ».

Mais au risque bouter hors de notre monde SARS-CoV-2, en ayant tué notre monde, mais en ayant épargné des millions de vies.

Effectivement, le monde d’après ne sera pas du tout le monde d’hier !

Olivier Kauf

Consultant depuis plus de 30 ans, Je suis depuis une dizaine d'années journaliste, professionnel dans le domaine des risques et des assurances pour le e-mag RiskAssur-hebdo (https://www.riskassur-hebdo.com) et témoin de mon époque pour https://notre-siecle.com et https://perelafouine.com RiskAssur, Notre-Siècle et PèreLaFouine proposent chaque jour de nouveaux articles issus de la rédaction : la vie des sociétés (nominations, acquisitions, accords, …), des tests/présentations de produits, des ouvrages (professionnels, romans, bd, …), … Je peux : - présenter vos produits ou nouveaux ouvrages (il suffit de me les envoyer) - écrire sur des sujets à la demande pour du référencement SEO - publier vos communiqués de presse - Publier vos AAPC - … Une question, une remarque : olivier@franol.fr

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.