Accueil / Réflexions / N’importe quoi

N’importe quoi

pour faire un papier, certains ne se gênent pas de mettre bout à bout des morceaux de papier d’antan pour en faire un article neuf même si les guillemets sont présents : on n’est jamais assez prudent

Mais, tout de même, faudrait pas exagérer

Ressortir un extrait pour dire que l’idole ancienne des jeunes vieillis était un travailleurs pauvre

Il faudrait tout de même pas pousser mémère fan dans les orties que ça piquent là où ça fait mal

Moi, perso, j’aurai aimé être un travailleur pauvre dépensant 6  500 000€ par an pour garantir son train de vie et faire sans doute que sa belle ait été encore là lorsqu’il a été atteint par le mal qui a fini de l’emporter

Pareil, de même, pour pleurnicher sur le fait que les héritiers vont avoir tintin tant l’homme chanteur n’était pas d’affaires et qu’il était, à part de rares succès, qu’interprète de ces chants ce qui ne faisait pas de lui l’homme le plus argenté de son succès, suivez mon regard

On comprend mieux pourquoi tant de belle âmes l’aimaient ; tel cet installateur de système d’alarme en coquette qui s’arrangeait pour que son installation tombe régulièrement en panne pour allonger ses fins de mois

Mais, tout de même, j’aurai aussi aimé que l’un de mes aïeux me lègue comme cela au hasard un chalet en suisse et pas dans la plus misérable, deux propriétés à St Barthélemy et Los Angeles plus sa demeure en Haut de Seine

Ce qui fait tout de même pas mal additionné aux ayants droits des chansons

Bon, d’accord, il faudra que le reste de la famille s’accorde, avec son lot de vedettes qui ne doit surtout rien à super papa qui n’est plus là, pour que la maman avec ses deux dernières continue à rouler carrosse d’or sans se changer minuit venu

A propos, si l’homme idole et idolâtré, avait été encore en vie, sûr qu’il aurait apprécié s’acheter en coup de vent le nouveau SSUV (non vous ne rêvez pas) de Lamborghini embarquant un turbo (non vous ne rêvez pas) et toute la technologie intelligente qui va avec un prix de base de seulement plus de 170 000e ; excusez du peu…

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*