Accueil / Réflexion / Migration informatique en entreprise peu concluante, que faire ?

Migration informatique en entreprise peu concluante, que faire ?

audit1305À la suite de l’article, publié hier sur Notre-Siècle, « Migration informatique en entreprise, ne faites pas n’importe quoi, n’importe comment ! », j’ai reçu des courriels de personnes connaissant ou plutôt subissant ce type de problème, me disant tous la même chose « que faire ? ».

Dans une entreprise, lorsque la décision est prise d’une migration informatique d’une ancienne application métier, vers une nouvelle application métier, la Direction est forcée de confier la mission à un de ses collaborateurs et de lui faire confiance.

Mais, j’ai assisté à des situations cocasses où mission fut confiée à un collaborateur ayant la réputation d’être un pur “loser” et ayant fait ses preuves en ce sens. Avec un résultat à la hauteur de sa malchance ajouté à un manque de compétence.

Imaginons, une entreprise, la migration informatique est considérée comme achevée et la nouvelle application métier mise en production, remplaçant l’ancienne application.

Au fil des jours, des semaines, des mois, les utilisateurs font remonter nombre de problèmes, d’absence de fonctionnalités, de plantages, . . .

Si un grand nombre de ces remontés peuvent être corrigés, des problèmes structurels vont s’accumuler, qu’il n’ait pas aisé ou possible de corriger. Ils viennent d’erreurs d’analyse dès le départ.

Que faire ?

Revenir en arrière, réactiver l’ancienne application et remettre à plat la nouvelle application, n’est possible que si la décision est prise dans les jours où les semaines où la bascule de l’ancienne à la nouvelle a été faite. Au-delà, c’est difficile, les données de l’ancienne application ne sont plus à jour. Et remettre à plat la nouvelle application.

Concrètement, il n’y a pas de solution miracle, il va falloir auditer ce qui a été fait. Mais, il faut éliminer de cet audit celui qui est responsable de la situation. Premièrement, il a prouvé qu’il n’était pas compétent pour cette migration et deuxièmement il ne peut pas être juge et partie (avoir mis en œuvre la migration et aujourd’hui l’auditer).

L’audit doit être réalisé par quelqu’un qui connaît à la fois le métier et l’informatique, ce peut être quelqu’un qui était en charge de l’ancienne application métier, car elle était peut-être obsolète, mais elle avait en elle tout ce qui était nécessaire au travail au quotidien.

Il faut intégrer à cette équipe d’audit, des collaborateurs ayant utilisé l’ancienne application et la nouvelle, c’est le moyen de faire ressortir ce qui ne va pas, d’analyser et de comprendre.

Mais, il ne faut pas se faire d’illusions, tout ne peut pas être corrigé.

Il est possible qu’à la sortie de l’audit la conclusion soit, la migration a échoué, il faut revenir à l’ancienne application et tout remettre à plat pour refaire une nouvelle migration … plus tard ».

Au contraire, se rendre compte que globalement « ça va », mais il y a une liste de choses à corriger et où à développer. Pourquoi la personne en charge de la migration n’a pas été au bout de son analyse dès le départ, conduisant à un développement complet. Généralement ce n’est par malveillance, mais simplement par incompétence.

L’audit peut faire ressortir, le fait que certaines choses nécessaires au métier sont impossibles avec la solution retenue et le paramétrage réalisé. En ce cas, il n’y a pas de solutions miracles, c’est à analyser au cas par cas, et voir ce qu’il convient de faire.

En tous les cas, après une migration d’un ancien logiciel métier à un nouveau logiciel métier, si les utilisateurs font remonter des problèmes, la pire des choses est de les ignorer, ou au contraire de les accuser d’être parti pris par rejet de la nouvelle application préférant l’ancienne.

Les problèmes ne se corrigeront pas tout seul, mettre « la tête dans le sable » (faire l’autruche) en attendant que ça passe n’est vraiment pas la solution.

Plus le temps passe, plus les problèmes vont s’accumuler et plus ils seront complexes à corriger.

La migration informatique d’une ancienne application métier à une nouvelle ne s’est pas très bien passée, admettez le plus vite possible et AGISSEZ !

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Booking.com