Accueil / Réflexions / Le manque de généralistes justifie le recours à la télémédecine

Le manque de généralistes justifie le recours à la télémédecine

Si l’on regarde une carte de France de la couverture médicale des seuls médecins généralistes, on voit apparaître, non pas des déserts de sable, mais des déserts médicaux, des zones où il n’y a plus ou pas assez de médecins généralistes pour soigner la population.

Les causes multiples de cette situation, actuellement sans remèdes, sont bien connues et je ne vais pas y revenir ici, par contre je vais parler d’une solution mise en place dans un EHPAD, un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, dans la Meuse.

Les personnes âgées, de plus en plus nombreuses en France, du fait du vieillissement de la population, qu’ils vivent chez eux ou dans une maison de retraite, médicalisée ou non, ont besoin d’une couverture médicale constante, plus que les autres, qui aujourd’hui n’est plus assurée partout.

Au 21ème siècle, rare sont les personnes qui ont encore un médecin de famille, que l’on peut aller voir en cas de besoin, où même faire venir, si l’on ne peut pas se déplacer, il n’y a plus que les pompiers et le SAMU, pour être transporté d’urgence dans un service de l’hôpital le plus proche. S’il y a de la place.

Cela fonctionne généralement très bien, mais pas toujours.

Pour les cas les moins graves, il existe, comme à Paris, un service SOS médecins, parfait pour venir en aide aux personnes victimes d’un malaise où de la grippe, en période de grippe, pour avoir une ordonnance.

Les maisons de retraite, type EHPAD ne peuvent pas avoir de généralistes résidents mais doivent pouvoir faire appel à un médecin attaché à leur établissement, pour des consultations régulières et des visites, ce qui est de moins en moins possible depuis quelque temps.

C’est dans ce contexte qu’un EHPAD de la Meuse, qui ne peut plus faire face à sa responsabilité de soins vis-à-vis de ses résidents a décidé de faire appel à la télémédecine, une médecine à distance.

Dans cette EHPAD près de Verdun, la consultation a lieu dans la salle de soins, par vidéo-conférence avec un médecin traitant depuis son cabinet, à 13 km de-là, avec le concours d’une infirmière capable d’ausculter le patient.

Le médecin, au vu des résultats communiqués par l’infirmière, peut établir une ordonnance accessible sur un ordinateur de l’EHPAD.

Il est rémunéré, en l’occurrence, au tarif d’une consultation standard de 25 euros, dans le cadre d’un accord patronné par l’agence régionale de santé, entre l’Assurance-maladie, la CNAM et les représentants des médecins libéraux.

Il reste à rendre accessible ce service, qui nécessite le concours d’une infirmière, à toute la population.

Un autre problème à résoudre, dans certaines zones, est la couverture internet en haut débit.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.