Malin

Malin, mon épouse l’avait rêvé, le Mexique l’a réalisé et mis en pratique.

Quoi donc ?

Ma compagne qui de temps en temps prend une partie de son temps libre pour observer les autres, en a eu marre, et en a encore, de voir ces fous d’automobilistes, dont bien sûr elle ne fait pas partie, se gondolait des interdictions de toutes sortes dont la grande majorité leur paraît complètement farfelue, inutile et non digne d’intérêt pour tout conducteur digne de ce nom.

Aussi, avait-elle imaginé la survenance surprise d’une grille cloutée qui se hérisserait spontanément lorsque la conduite d’une auto quel qu’elle soit dépasserait l’entendement, c’est-à-dire le règlement.

Chose amusante, s’il en est, une partie de ma famille viendrait de descendants ayant décidé la si belle France d’alors peu fière de ses émigrants ou ravie de voir partir une poignée d’irréductibles malveillants pour la paillasse alors offerte en guise de tout dernier confort moderne – comme quoi, dit en passant, ce qui était vrai l’est encore aujourd’hui et que la colère vis-à-vis de l’étranger reste toujours de mise de nos jours, et à encore de bien beaux jours.

Certains sont restés, ce qui explique sans doute ma présence ici-bas, d’autres sont là-bas prouvant que l’histoire n’est pas qu’une légende contée.

En conséquence, je pense qu’un autochtone de ce pays, que l’on disait émergeant, a pris connaissance de l’avis novateur de ma tendre et pour ne pas être accusé de plagiat a arranger quelque peu le projet, surtout il a eu la bonne idée de la mettre en place.

Ou plutôt dans les rues de sa bonne ville, pour lesquelles les dos d’ânes destinés à un ralentissement prémédité sont désormais remplacer par un système mobile.

Un panneau vous indique la conduite à tenir.

Si vous respectez l’avis autorisé, vous n’êtes pas embêté et pouvez passer sans vous rendre compte de quoi que ce soit.

Par contre, si vous faites partie de ceux qui pensent que pas vu pas pris, et persistez à rouler dangereusement, la chaussée se hausse à la hauteur de votre bêtise et vous en serez de votre poche pour tenter réparer votre belle auto dont le bas de caisse aura comme un air de compression après être passé chez feu César.

A la belle affaire…

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Booking.com