Réflexions

Malheur

En déplacement, les habitudes changent pour reprendre celles induites par lesdits déplacements.

A propos, j’ai le désespoir d’écouter une chaîne publique nationale d’infos où sévi encore un journaliste hargneux dont son propre égo n’arrive plus à percer tel une crête sur coq les pattes dans le fumier.

Toujours au sommet du tas, cela élève le débat.

Parmi le manque d’événements valant le coup, il fallait parler et s’étendre sur les conditions de couchage d’un voyage du leader d’une opposition de gauche.

Normalement, le constat aurait du être : il n’y a pas débat puisque ledit voyage a été intégralement payé par l’intéressé sur ses propres deniers.

Mais non, il y a l’antenne à tenir, il fallait donc remplir le temps imparti à cette annonce et en faire des tonnes pour que cela dure.

Les raisons du déplacement, l’intérêt, que l’on soit d’accord ou pas, politique du voyage et j’en passe : impasse !!

Seul compte celui du grand journaliste qui se serait bien vu porte parole d’un gouvernement qu’il considéré plus légitime que ceux de l’opposition en faisant, comme toujours, cher bobo, l’impasse sur les vraies raisons ayant poussé certains à voter pour l’impérieux tant il avait participé au torchon rouge d’une vote noir d’un passé qui ne l’est pas moins.

Content d’apprendre que le pouvoir d’achat des français a encore, c’est une honte, augmenté.

L’affreux jojo qui a pris ma part est prié de me la rendre contre remerciements anticipés. J’adore : les licenciements rupture conventionnelle de plein accord négociée avec les syndicats, au lieu de plans sociaux, seraient plus « sécure que la situation précédente ».

Effectivement, les chefs d’entreprises faisaient tout pour détourner ces plans, alors au lieu de renforcer ce qui était visible et bon pour les salariés, il en est fait table rase dans leur intérêt.

Alors, peut-être est-ce tout simplement affaire de communication, de langage où il semble que tout la-haut, le français de base n’est plus parlé au grand profit d’une langue de bois anglo-saxonne.

Quel savoir faire, il fallait le faire savoir !!!

Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.