Accueil / Pourquoi / L’inconscience des parents pour faire plaisir à leurs enfants

L’inconscience des parents pour faire plaisir à leurs enfants

voiture1107Il y a des gens qui prennent des risques aux conséquences qui pourraient être dramatiques.

On pourrait penser, que dans certains domaines, seuls les jeunes sont inconscients et que leurs parents sont raisonnables. Mais, il n’en est rien.

Ce que je vais vous compter, découle de mes observations depuis de longues années, dans un endroit paisible, en proche province parisienne. Un endroit où des maisons sont regroupées dans un domaine où la circulation automobile est limitée à 30 km/h.

Ainsi, les voitures, les piétons, les cyclistes et même les cavaliers (et oui il y a un centre équestre) peuvent vivre en bonne harmonie.

Alors, où est le problème ?

Les automobilistes respectent, globalement, la limitation de vitesse à 30 km/h et une voiture, peut avec un bon coup sur la pédale de frein s’arrêter très rapidement. Freiner, en cas d’obstacle, n’est pas pour un automobiliste un acte réfléchit, mais un simple réflexe.

Le mélange de voitures, piétons, vélos, chevaux, peut conduire à devoir freiner très fort, à cause : d’enfants qui déboulent à toute vitesse, à vélo, de leur jardin, d’une voiture qui sort de son parking, des piétons à la sortie d’un virage,…

À 30 km/h, pas de problème de capacité de freinage. Mais essayez, sans prendre de risques, sur une route totalement dégagée, de rouler à 30 km/h et d’appuyer brutalement sur la pédale de frein. Sans oublier d’attacher sa ceinture de sécurité. La voiture va s’arrêter, très rapidement, mais vous allez sérieusement être projeté vers l’avant, d’où l’intérêt de la ceinture de sécurité. Essayer à 20 km/h, c’est à peu près la même chose.

Et, on ne peut pas lutter contre cela, on est projeté vers l’avant, seul la ceinture de sécurité nous évite de nous écraser contre le volant pour le conducteur et contre n’importe quoi pour les autres passagers. Et oui, cette satanée énergie cinétique, il faut bien qu’elle se dégage.

Et bien, dans l’endroit dont je parle, et je suppose que ces mauvaises pratiques ont lieu un peu partout, des parents, pour faire plaisir à leurs enfants, leur proposent 2 activés pouvant conduire à leur… mort.

Les voitures au toit-ouvrant

On voit parfois, des chefs d’États saluer les foules, debout dans leur voiture, le toit ouvert. Mais, les chauffeurs roulent, au pas, sur une voie sécurisée, où ils ne risquent pas d’avoir besoin de freiner. Par ailleurs, souvent, la personne debout à une sorte de ceinture pour la retenir en cas de freinage.

Je vois souvent des parents, faire le tour du domaine, toit de la voiture grand ouvert, avec un ou deux enfants, debout sur le fauteuil, avant ou arrière, dépassant du haut de la voiture.

La limite du toit étant, en fonction de la taille des enfants, à la hauteur de leur poitrine ou de leur ventre.

Si le conducteur est amené à donner un coup frein (et c’est un réflexe en cas d’obstacle), les enfants seront propulsés vers l’avant et s’écraseront contre la bordure du toit du véhicule. Aucun moyen de se retenir à quoi que ce soit. L’énergie cinétique est trop forte, à 30 km/h elle multipliera par 3,5 le poids de l’enfant.

Je vous laisse imaginer les conséquences sur l’organisme d’un enfant, d’un choc sur la bordure du toit d’une voiture.

Les enfants sur les genoux du conducteur

C’est certainement très amusant, pour un enfant, de se retrouver sur les genoux de son père, ou de sa mère, en étant devant le volant et la voiture qui roule. L’apprenti conducteur est au volant.

Dans, quasiment, tous les cas que j’ai observés, le conducteur n’a pas sa ceinture de sécurité.

S’il y a un obstacle et qu’il freine (encore une fois un simple réflexe), que va-t-il se passer ?

L’enfant et le conducteur seront propulsés, vers l’avant et l’enfant se retrouvera écrasé contre le volant. Même à 30 km/h, il y aura un risque d’écrasement de la cage thoracique de l’enfant.

Maintenant, si le conducteur est attaché. L’énergie cinétique dégagée durant le freinage fait qu’il ne pourra pas retenir l’enfant qui se retrouvera propulsé contre le volant ou pire le pare-brise. À 30 km/h elle multipliera par 3,5 le poids de l’enfant.

Et lorsqu’il m’arrive de faire remarquer le risque, la réponse est toujours la même « je sais ce que je fais ».

Bien entendu, les accidents, ça n’arrive qu’aux autres.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Toujours indépendant, depuis plus de 30 ans, j’ai la chance d’avoir pu remplir de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement), coaching de groupe et individuel.

En intervenant au sein d’entreprises, principalement, des secteurs de l’assurance, de la finance ou encore de cabinets d’actuariat, de conseil en rémunération, d’avocats qui m’ont permis de développer mes compétences professionnelles.

Tout en restant consultant (si vous avez besoin d’un regard extérieur sur un projet, un problème, un questionnement, un audit ou tout autre,…), il y a une dizaine d’années j’ai découvert l’écriture … journalistique (avec https://notre-siecle.com et https://www.riskassur-hebdo.com).

Ces 2 sites ont une fréquentation sérieuses (en nombre et en qualité), cela peut être intéressant à utiliser pour du référencement naturel (SEO). N’éhsitez pas à me contacter pour en savoir pour en parler.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*