Accueil / Photos / Les selfies donnent de drôles de bouilles

Les selfies donnent de drôles de bouilles

selfie1204Qui n’a pas déjà fait, au moins un selfie dans sa vie. Il y a ceux qui en font de temps à autre et ceux qui passent le temps à se photographier.

Je l’ai déjà écrit, dans un autre billet, j’habite un quartier touristique de Paris et je vois de touristes photographier à tout va, ou plutôt faire des selfies avec eux et un monument en arrière-plan.

À voir certain prendre des selfies, je me demande si le point principal de la composition photographique c’est eux ou bien l’arrière-plan. Mais, ce n’est pas mon propos, dans ce billet.

Je veux vous parler des drôles de bouilles qu’on peut avoir en se prenant en photo soi-même en tenant le smartphone à bout de bras ou bien au bout d’une petite perche.

L’idée du selfie est de faire des portraits, soi en étant seul sur la photo, ou bien avec 1 ou 2 personnes autour de soit.

Le problème est que l’objectif est trop proche du visage et l’objectif va se comporter comme un grand-angle pour pouvoir – tout en étant trop proche – photographier tout le visage.

Dans ce cas l’objectif va provoquer d’importantes distorsions, le centre du visage va être empâté, le nez et la bouche seront élargis, les yeux globuleux. Le portrait sera plus proche de la caricature que d’une photo agréable.

Pourtant, c’est ce qui se fait de plus en plus et je crois les preneurs de selfies, ne se rendent plus compte qu’ils sont plus proches du batracien que de l’humain sur ces auto-portraits.

Pour prendre un portrait, sans déformer le visage il faut s’éloigner du modèle et utiliser le zoom du smartphone pour bien cadrer le visage.

Cela va apporter, au moins, 2 choses :

– le visage ne sera pas déformé, pas aplati, il gardera son relief,

– L’arrière-plan aura un léger flou, faisant ressortir le visage. La photo donnera une impression de relief.

Je comprends la pratique des selfies, c’est plus simple que de demander à un passant de vous prendre en photo.

Mais essayer, de vous prendre en selfie, puis au même endroit, confiez votre smartphone (à quelqu’un de confiance, mais un malfrat qui va partir en courant avec) et demandez-lui de prendre la même photo, mais en reculant d’au moins 4 ou 5 mètres (en utilisant le zoom pour faire un cadrage serré, comme un selfie). Comparez le résultat. Dans le premier cas, vous ressemblez à un batracien et dans le second cas à un humain.

Maintenant, si vous désirez, tout de même, prendre des selfies, voici quelques conseils.

Ne tenez pas le smartphone à bout de bras, même en ayant le bras long, ce n’est pas suffisant. Installez votre smartphone au bout d’une perche, en fonction des modèles, vous gagnerez dans les 50 cm (c’est mieux que rien).

Sur le plan de la prise de vues, ne faite pas de photos de face, c’est le batracien assuré. Privilégiez les photos en ¾ (au lieu de regardez le smartphone dans les yeux, tournez légèrement la tête vers la droite ou vers la gauche et de préférence avec un regard légèrement au-dessus du smartphone).

Faut-il photographier de haut en bas ou de bas en haut ? Ça dépend, de l’arrière-plan, il faut faire des essais.

Reste un dernier point, la lumière (où l’oublie trop souvent). Le soleil directement dans les yeux, ce n’est pas bon, on va avoir tendance à ferme les yeux. Le soleil, dans le dos, la photo risque d’être à contre-jour (vous serez trois sombre sur la photo). Le plus simple que le soleil soit sur le côté.

Pour conclure, si vous voulez de belle photo… de vous, demandez à d’autres de vous prendre en photo, si vous désirez tout de même faire des selfies, alors la perche est nécessaire pour éloigner au maximum le smartphone de votre visage.

Bons selfies.

Etes-vous un adepte des selfies ?

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Booking.com