InfosRéflexions
A la Une

Les représentations racistes sont partout et nulle part

Il y a 2 poids 2 mesures, entre un policier blanc qui tue en pleine rue un homme noir (d’ailleurs pourquoi le policier voulait-il appréhender cet homme ? Comment à débuter cette dramatique situation ?) et une représentation populaire !

Aussi en arriver d’un policier qui tue à censurer Autant en emporte le vent, La petite maison dans la prairie, les riz Oncle Ben’s et autre films, séries ou produits, il faut raison garder.

Il y a des représentations qui date, tel que « Y a bon Banania » qui a disparu depuis longtemps ou l’Oncle Ben’s qui est encore là.

En ce moment, on attaque toutes les représentations montrant des « noirs » de manière un peu caricaturale.

Il faudrait être logique et supprimer, également, toutes les représentations caricaturales des « blancs » :

  • Le Français représenté avec un bérets, un mégos de cigarette à la bouche, sa baguette sous le bras, …
  • Le Belge dégustant des frites et des moules, sans oublier les blagues Belges (tel que : Pourquoi les Belges n’ont pas de glaçons ? Ils ont perdu la recette. C’(est franchement raciste).
  • Les « french fries », c’est raciste, ça signifie qu’on ne sait que « bouffer » des frites en France.
  • Monsieur Propre, un grand baraquer blanc et chauve qui fait le ménage, là on attaque qui le blancs, les chauves ou les baraquer.

Il y aurait comme cela, des centaines, des milliers de représentations caricaturales.

Encore une fois, il ne faut pas confondre la violence contre un peuple et des représentations humoristiques.

Maintenant, il y a des représentations du passé qui sont inadmissibles, tourtefois il ne faut pas pour autant les effacer, elles ont existé, il ne faut oublier.

Tel que ce zoo vivant peuplés d’humains « noirs » lors d’une expo-universelle à Paris, les image caricaturales de juifs dans le magazine nazi « Der Stürmer », où ce que j’ai il y a une trentaine d’années aux Etats-Unis, un panneau indiquant, de la même manière, à deux endroits proches, une réserve d’indiens et une réserve d’alligator.

Tout est dans la manière de dire les choses. Est-ce à dire, par exemple, que le sketch de Michel Leeb “L’Africain” serait impossible aujourd’hui ? Ce serait dommage.

Il n’y a pas spécifiquement de racisme, c’est de l’humour ou dans le vocabulaire populaire. Tel si on entend mal et de dire « avoir les portugaises ensablées ». Dans les départements ultra-maris, ils ont pour habitude d’appeler les gens de la France métropolitaine, donc les blancs des « Z’Oreille » et ainsi de suite.

Je veux bien qu’on censure l’imagerie populaire caricaturant des « noirs » à la condition que l’on fasse de même avec les caricatures des blancs.

Mais, se serait dommage, à ce moment, on ne pourra plus dire le moindre mot sans connotation raciste, sexiste, ante-religion, …. On ne pourra plus rien dire.

CHUT … TAISEZ-VOUS !

Booking.com
Tags

Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer