Idées

Les États-Unis ne partageront pas de renseignements avec des partenaires compromis

ShareAmerica

Washington a un message pour ses partenaires et ses alliés : n’utilisez pas la technologie de Huawei.

À l’heure où la firme chinoise multiplie les démarches pour écouler sa technologie sans fil 5G sur les marchés mondiaux, les États-Unis mettent en garde les pays contre l’utilisation de ses équipements, laquelle pourrait compromettre leurs éléments sensibles de renseignement et de propriété intellectuelle.

De plus, l’utilisation des produits de l’équipementier chinois pourrait nuire à la coopération avec les États-Unis.

Robert Strayer, le diplomate du département d’État des États-Unis chargé de la cybersécurité, a fait savoir fin avril à quoi devraient s’attendre les pays qui autoriseraient des fournisseurs non fiables (comme Huawei) à développer leurs réseaux 5G : « Nous devrons réévaluer notre capacité à partager des éléments de renseignement avec eux et à être connectés comme nous le sommes aujourd’hui. »

Toute diminution du partage de renseignements pourrait avoir une incidence sur la sécurité et la prospérité internationales. Les États-Unis échangent des renseignements confidentiels avec des pays du monde entier dans le cadre de la lutte contre la criminalité transnationale, notamment pour déjouer les attentats terroristes et prévenir le blanchiment de fonds.

Les États-Unis ont de bonnes raisons de réévaluer le partage de renseignements confidentiels avec les gouvernements des pays dans lesquels l’infrastructure du réseau 5G porte la signature de Huawei. L’équipementier chinois est en effet tenu de partager secrètement des informations avec le gouvernement chinois, conformément à la loi de 2017 sur le renseignement. Le vol de propriété intellectuelle et des pratiques qui laissent à désirer en matière de cybersécurité font également partie de ses antécédents.

Tags

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer