Accueil / Réflexions / Le mobilier n’est plus de saison

Le mobilier n’est plus de saison

De tout temps moderne, personne n’avait le droit de jeter ses meubles par la fenêtre même si madame n’était pas contente de monsieur, ou, parfois l’inverse.

Si l’individu persistait, il avait droit à un trouble public et s’en remettait à crédit pour se meubler autrement.

Mais, voilà, la bonne société a décidé que les animaux n’étaient plus meuble ayant constaté, d’un coup d’un seul, au bout de quelques millénaires, que ces derniers vivaient de leur propre vie même si elle était souvent (r)attachée à l’être humain.

Aussi a-t-il été, par loi ordonnée, que les animaux seraient entité à part entière et entendait bien le faire entendre même au plus sourd de l’espèce humaine.

Un homme n’avait pas supporté qu’un chat quelconque de gouttière non identifiée vienne contester le pouvoir d’un beau persan dont la bonne valeur n’avait pas échappé à son propriétaire.

En effet, il ne faut pas trop exagérer, l’animal n’est pas comme l’homme, la femme, le maître, la maîtresse, il reste moyennable car il ne faut jamais tenter de tuer le petit commerce pour sauvegarder de gros intérêts.

L’homme, donc, puisque là ici et maintenant, la parité n’a pas fait état de ses droits, n’avait pas supporter d’un risque de voir son capital agressé.

Alors, il a pris le révolutionnaire et par la fenêtre il l’a jeté.

Le bougre, dans sa malice de prolétaire d’enfant non identifié de ses parents, en fait une dernière farce à ce qui se prenait pour son maître.

Comme le sol était bien trop bas, le chat, puisqu’il s’agit bien de lui, a prouvé une fois encore pour toute que d’où qu’il tombe, il l’a creuse de ne pas pouvoir toujours retomber sur ses quatre pattes à lui.

Mais il a pris la peine d’atterrir avant de se tuer et son ami lâcheur, qui peut-être pourrait un jour s’en prendre à des nains, pourra toujours prendre son bon temps de ruminer de la peine de prison ferme qu’il a pris !

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.