Techno.

La cybersécurité ou un conte d’Halloween

En cette période d’Halloween, fantômes et lutins ne sont pas les seuls à vivre dans l’ombre. La toile connait également de nombreuses menaces prêtes à hanter les réseaux et appareils connectés des Français.

« Ce mois-ci, plusieurs menaces ont été découvertes. Par exemple, le malware Ghostcat cible les smartphones et permet de détourner leurs sessions de navigation. Il s’exécute lorsqu’un utilisateur visite une publicité contenant le script malveillant. Il recueille alors des informations sur l’appareil afin de rediriger l’utilisateur vers du contenu frauduleux. Cette campagne de ‘’malvertising’’ utilise plusieurs techniques comme le contournement de bloqueur de publicité et l’obfuscation de code pour éviter la détection, » commente Thomas Roccia, chercheur en sécurité chez McAfee.

« Pour éviter de tomber dans le piège, les utilisateurs doivent adopter des habitudes de navigation sécurisées tout au long de l’année. Utiliser une solution de sécurité, ne pas cliquer sur des liens inconnus et se méfier des pop-ups intempestifs. »

Comment se protéger en ligne pendant la période d’Halloween et le reste de l’année ?

Attention aux films d’horreur en streaming

Pour les amateurs de sensations fortes à la recherche d’un classique d’Halloween à regarder depuis leur canapé, les sites de streaming font partie des options les plus populaires. Ces sites cherchent à diffuser les derniers blockbusters mais ils servent aussi de viviers pour héberger et diffuser du contenu malveillant.

Cliquer avec la sagesse de Dumbledore

Liens cliquables et appareils mobiles vont de pair. C’est pourquoi la fraude par annonce sur les appareils mobiles est de plus en plus utilisée par les cybercriminels. Qu’il s’agisse d’une campagne de phishing ou d’une application malveillante, les pirates peuvent par ce biais accéder à l’appareil et aux informations personnelles des utilisateurs. C’est pourquoi il faut toujours cliquer avec prudence et de ne jamais cliquer sur un lien ou un e-mail dont on ne connait pas l’expéditeur.

Le réveil des réseaux sociaux

Vieilles photos, publications et messages privés peuvent toujours resurgir d’entre les morts. Il vaut mieux réfléchir avant de publier quelque chose en ligne et se demander si cela pourrait revenir nous hanter plus tard. Les publications sur les réseaux sociaux sont comme des tatouages numériques, souvent permanents et très difficiles à supprimer même quand on pense les avoir effacés. En effet, McAfee a révélé que 76 % des Français sont gênés par le contenu de leurs réseaux sociaux. Pourtant, si 43 % pensent que les réseaux sociaux peuvent avoir un impact sur leur carrière, 46 % admettent n’y avoir jamais renforcé les paramètres de sécurité.

Les cimetières d’applications

Les vieilles applications dormantes sur un téléphone sont comme des cimetières d’applications, d’autant plus quand ces anciennes applications ne sont plus supportées par les stores Google ou Apple. Elles peuvent être infectées et être la cause d’une fuite de données personnelles.

Tags

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer