InfosRéflexions
A la Une

La confiance ne se décrète pas

Si vous en avez le temps, expliquez-moi.

La police s’est toujours plainte de ne pouvoir poursuivre la délinquance car les voitures par eux utilisées ne sont pas fiables.

L’un des soucis majeurs est la puissance des chevaux libérés que nos braves de la force de l’ordre ne peuvent pas rivaliser.

Or, ils vont être équipés de la petite voiture toute électrique du constructeur national repris en mains.

Autant dire qu’ils auraient été équipés avec des vélos que cela aurait coûté moins cher, moins confortable cependant en temps de pluie.

Mais comme la mode actuelle est la tendance d’obliger tous les citoyens à le faire, pourquoi pas ? Moi, je veux bien être en état de validation des décisions prises par ceux qui veulent faire.

Mais, je ne veux pas être obligé à participer à des situations grotesques sans avoir à payer si je ne suis pas.

Tenez, ce positionnement ridicule que de demander le port du masque lors que vous déambulez dans un bistrot, un restaurant.

Par contre, l’obligatoire ne peut se faire lorsque vous buvez un coup ou mangez.

Pourtant, c’est bien à ce moment là qui est le plus conviviale que vous taillez une bavette avec un(e) autre.

Et la magie du parler/manger, permet d’envoyer vos particules dangereuses en toute quiétude.

Alors que se diriger vers les toilettes de l’établissement oblige à.

Comme si, les dites particules s’attaquaient exclusivement en priorité à ceux qui voyage en lieu confiné.

Mais, comme par hasard, soudainement, il va être décidé, si ce n’est déjà fait, de raccourcir la quatorzaine qui était indispensable, à la semaine car au-delà le risque de contagion est quasi-inexistant.

Seront-ils alors obligés du port du masque s’ils ne peuvent rien transmettre ? Mais, les grands experts n’ont pas dit leur dernier mot de savants.

Ils planchent actuellement pour mettre fin au grand cirque des test du Covid qui risquent bien, à la sortie, coûter très cher à la population pour pas grand-chose ? Ayons confiance, ayons…

Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.