Techno.

La 5G sera-t-elle la clé de l’Industrie 4.0 ?

John Harris, Directeur R&D chez Panasonic Mobile Solutions Business Division

Nous avons tous en tête cet avenir exaltant annoncé par la science fiction, dans lequel la technologie imprègne harmonieusement chaque aspect de notre quotidien. Assistants de réalité virtuelle intelligents, soins fournis par des machines ou encore appareils conçus pour effectuer toutes sortes de tâches monotones… bref, un monde merveilleux. Pour beaucoup, l’introduction de la 5G sera le socle de ces développements et marquera ainsi le début d’une quatrième révolution industrielle : l’Industrie 4.0, ultra connectée, informatisée et numérisée. Mais quelles en seront les effets concrets sur le monde professionnel et la main d’œuvre mobile ?

Des promesses de la 5G…

L’intérêt porté à la 5G est indéniable en Europe, région dans laquelle la consommation de données double chaque année en raison de l’engouement des utilisateurs pour des services tels que le streaming. Une tendance qui ne fera que s’accentuer à mesure que les résolutions 4K et 8K se popularisent.

Du côté des professionnels, la capacité à connecter entre eux des milliards d’appareils pour former un réseau Internet des Objets (IoT) constitue l’avantage le plus évident d’une connexion 5G. Celle-ci ne permettra pas seulement à l’industrie de démultiplier son potentiel d’automation, mais libèrera aussi des possibilités de transformation digitale d’un tout autre niveau avec la réalité virtuelle et augmentée, la robotique, la traduction en temps réel ou encore les applications numériques dans les domaines de la formation ou de la santé.

Mais comment la 5G mènera-t-elle à de telles évolutions ? Si le passage de la 4G à la 5G semble une modification minime sur le plan linguistique, en termes technologiques la distinction est pourtant énorme. La 5G dispose de suffisamment de capacités pour prendre en charge un débit mobile extrême – Enhanced mobile broadband, jusqu’à 20 Go/s – soit une vitesse dix fois supérieure au réseau 4G LTE. Un film de deux heures pourrait ainsi être téléchargé en trois secondes seulement.

La 5G offrirait également une bien meilleure fiabilité et une faible latence (un dixième de celle de la 4G LTE), deux critères essentiels pour la communication de type machine critique (critical Machine Type Communication) utilisée dans l’exploitation à distance de sites de production et dans d’autres applications de commande industrielle.

Elle permettrait aussi une progression impressionnante de la connectivité des communications de type machine de masse (massive Machine Type Communication) avec un million de connexions par kilomètre carré, soit dix fois plus que la 4G LTE.

Enfin, les réseaux 5G gagneraient en flexibilité grâce au « découpage » du réseau (network slicing). Cette pratique consiste à diviser un réseau en plusieurs « tranches » afin d’obtenir plusieurs réseaux virtuels que les opérateurs peuvent utiliser en fonction des utilisations. Les entreprises pourraient également y avoir recours en vue de créer leurs propres réseaux 5G privés.

…à une réalité plus nuancée

Si cela paraît trop beau pour être vrai, c’est parce qu’il reste quelques défis à relever pour les fournisseurs de réseaux mobiles, comme pour les entreprises. Jusqu’à présent, le déploiement du service 5G s’appuyait sur une bande de fréquence inférieure à 6 GHz. Il s’agissait donc d’une mise à niveau relativement simple pour le réseau mobile et les smartphones, mais insuffisante pour exploiter le plein potentiel de la 5G en termes de bande passante. C’est ici qu’intervient la longueur d’onde millimétrique.

Récemment, le PDG de Qualcomm, Cristiano Amon, expliquait que « la vraie 5G combine en fait les bandes inférieures à 6 GHz et les bandes millimétriques et c’est ce à quoi nous allons assister à l’échelle mondiale. Selon nos prédictions, toutes les plus grandes économies du monde auront déployé la bande millimétrique d’ici 2021. Dès que l’on réfléchit aux cas d’utilisation au-delà des smartphones, sa nécessité devient évidente ».

Selon lui, les ondes millimétriques sont ainsi au cœur de la conversation à travers de nombreuses industries et seront inclues dans les réseaux 5G publics aussi bien que privés. Il ajoute que les capacités de partage dynamique du spectre (dynamic spectrum sharing) conduiront à une mise à niveau des bandes 4G, qui coexisteront ainsi avec la 5G.

Qualcomm y voit un énorme potentiel commercial. D’après les résultats de son étude, la 5G devrait générer une valeur allant jusqu’à 12,3 trillions de dollars (10,9 trillions d’euros) en produits et services d’ici 2035 dans les secteurs du retail, de la santé, de l’éducation, des transports ou encore du divertissement.

Qualcomm estime, en outre, que la chaîne de valeur créée par l’apport de la 5G pourrait engendrer des revenus à hauteur de 3,5 trillions de dollars (3,09 trillions d’euros) en 2035 et être la source de jusqu’à 22 millions d’emplois. La société a également prédit que la 5G allait alimenter le PIB mondial de 3 millions de dollars (2,65 millions d’euros) au total sur la période 2020-2035.

Quels sont donc ces fameux cas d’utilisation professionnelle autres que les smartphones qui viendraient soutenir une telle croissance ?

Aussi nombreux que variés, ils bénéficieront à un vaste éventail de secteurs. L’usine intelligente et la production constituent deux gagnants évidents de la nette amélioration de l’automation et des efficacités due à la connectivité de l’IoT.

Le potentiel de la 5G en matière de véhicules automatisés, de contrôle à distance et d’automatisation de l’exploitation devrait aussi révolutionner la logistique et les transports.

Dans le commerce de détail, l’expérience d’achat pourrait être transformée par des applications de réalité augmentée desservies par des réseaux 5G, tandis que les appareils connectés par l’IoT pourraient signifier une optimisation inouïe de la chaîne logistique.

Tout laisse à penser que le déploiement de réseaux 5G à travers l’Europe présage de formidables opportunités pour le monde professionnel. C’est donc le moment idéal pour commencer à planifier quel profit votre entreprise et votre secteur pourraient tirer des possibilités ouvertes par ces technologies, afin de prendre une longueur d’avance sur la concurrence. C’est également l’occasion d’étudier les bénéfices qu’elles pourraient apporter à votre main d’œuvre mobile en termes d’efficacité, de productivité et d’environnement de travail.

Booking.com

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page