Accueil / Réflexions / Je fais ce qui me plais

Je fais ce qui me plais

Et bien ceux qui pensaient, dont je suis, une certaine entente entre le fou du nucléaire et le puissant d’Outre atlantique, en seront très certainement pour leurs frais.

Le fort en thème à la poignée de fer n’a pas voulu en faire autant avec l’enfant non prodige, mais qui y croit, kingkong2.

Le jeu vidéo va donc continuer avec tous les éléments qui risquent d’arriver en dommages directs et collatéraux.

Quelques millions qui pourraient bien se compter en milliard(s) jetés par les fenêtres par les contrevenants fous de vitesse qui rigolent de se voir vus en si beau miroir photographique.

Mais, puisque la somme ainsi récoltée ne va pas vraiment dans la restauration des routes, loin s’en faut, ces conducteurs auront l’impression de faire œuvre humaine puisqu’ils vont contribuer à la résorption du déficit public.

Peut-être que les plus gros donateurs récolteront la médaille du mérite.

De plus en plus, l’illuminé s’y croit.

De politique nouvelle il applique à l’insu de son plein gré ce que ses prédécesseurs ont fait avant lui, non pas les élus démocratiquement à la petite semaine, mais les héritiers de la couronne royale qui affirmait que leur palais leur appartenait jusqu’à ce que Révolution intervienne.

Ici, pour un renouveau d’histoire, il n’est plus question de la faire à des enfants de 11 ans qui pourraient bien être des terroristes en herbes folles provenant des lointaines terres de Seine Saint Denis.

Plus question de visiter avec la permission du royal qui ne le permet plus.

Il veut pouvoir déambuler en ses couloirs et jardins de palais sans avoir à se préoccuper de gamins dans leurs jambes royales.

Mais de toute façon ils ont tout le libre temps qu’ils veulent pour virtuellement faire la visite qu’il souhaite sur le site royal canin élyséen.

Et que l’on ne dise pas que l’illuminé ne s’occupe pas d’eux, puisque qu’après avoir longuement réfléchi entre deux voyages internationaux, il prévoir des mesurettes là où un plan de banlieue à quartiers défavorisés aurait été un minimum pour satisfaire ses sujets.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.