Accueil / Réflexions / Je croyais que c’était TF1 qui payait !

Je croyais que c’était TF1 qui payait !

J’étais resté scotché à la phrase d’un ancien patron de TF1, Patrick Le Lay qui avait qui que TF1 était là pour préparer du temps de cerveau disponible pour Coca-Cola.

Effectivement, les chaînes de télévision privées gratuites ne peuvent vivre que de la publicité ou du sponsoring d’émissions. Et le tarif de la publicité est forcément fonction du nombre de téléspectateurs.

Le tarif de diffusion d’une publicité au « prime time » va coûter plus cher qu’à 2h00 du matin.

Donc, une chaîne qui ne vit que de la publicité, doit chercher à avoir le maximum de téléspectateurs et donc d’être diffusée sur tous les canaux possibles et imaginables : TNT, satellites, internet et… les box des opérateurs.

J’étais persuadé que TF1 versait une redevance aux sociétés proposant une box comme Orange, SFR/Numéricable, Free, Canal +, …

L’intérêt de TF1 est d’être vu le plus facilement possible. Bien entendu, on peut regarder cette chaîne sans box en passant par la TNT ou leur site internet, mais ce n’est pas pratique de devoir changer de technologie pour zapper (passer de la box à un site internet).

Et on apprend que TF1 fait déjà payer une redevance à ceux qui veulent diffuser ses chaînes sur leurs box et que cette redevance doit être largement augmentée pour être de l’ordre de 20 à 25 millions d’euros par opérateur.

C’est une pratique curieuse !

Prenons l’exemple sur internet de Google, pour augmenter le nombre d’internautes venant visiter un site, Google propose de mieux positionner le site dans les résultats des recherches. Mais, pour cela, ce sont les sites voulant avoir plus de visiteurs qui payent Google et certainement pas le contraire.

Avec la logique TF1, c’est Google qui devrait verser une redevance aux sites pour avoir augmenté la fréquentation de leurs sites.

La position de Google qui fait payer pour améliorer le positionnement des sites est logique.

Reprenons TF1, l’effet de la coupure de la diffusion de cette chaîne sur la box de Canal + a été immédiat avec une perte sérieuse du nombre de téléspectateurs.

Donc Canal + permet à TF1 d’augmenter sa diffusion et de vendre plus cher la minute de publicité. En toute logique, TF1 devrait reverser à Canal + un pourcentage des redevances publicitaires encaissées grâce à eux.

J’ai lu que si tous les opérateurs Box (sauf Bouygues Telecom qui a accepté le diktat de TF1… on se demande pourquoi ? J’oubliais, ces 2 entreprises appartiennent au même groupe) la chute de l’audience serait de l’ordre de 40 %. Les chaines du groupe TF1 perdraient pratiquement la moitié de leurs téléspectateurs.

C’est le modèle Google que les « box » doivent appliquer en demandant à TF1 de payer pour être rediffusé et pas le contraire.

Car, les « box » permettent à TF1 d’augmenter très sérieusement le nombre de cerveau disponible pour Coca-Cola.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.