Réflexions

Historique …

Il y a bien longtemps de cela, nos villes, nos quartiers, nos rues, nos pâtés de maisons avaient accès direct au petit commerce.

Tout était de proximité car rien d’autre n’existait.

Mais, déjà certaines grosses courses se faisaient à la quincaillerie qui n’en était pas moins du coin.

Cela faisait marcher les clients, cela faisait marcher le commerce.

Puis, s’apercevant que la voiture prenait grande place aux pieds des gens, l’un s’est dit que certainement ils accepteraient de venir en zone plus éloignée faire leur choix pourvu qu’ils puissent s’y garer.

La première grande surface fut née, suivie par d’autres prédateurs de petites surfaces.

L’on cru, un instant, ces commerces, que désormais l’on nommait de proximité sans jamais appeler l’autre d’éloigné, sauvés qui, grâce à la magie de l’immigration, étaient tenus par l’ensemble d’une famille, amis et voisins permettant ainsi l’élargissement de l’ouverture sur une grande plage horaire.

Chacun se rappellera cet humoriste faisant rire en constatant que depuis que les villageois avaient chassé leur étranger, ils n’avaient plus de pain.

Le petit commerce tente encore de résister, tabac asiatique, épicerie orientales, boulangeries tunisiennes, pâtisseries et soins de beauté français…

Mais la grande distribution coiffe tout le monde en imposant désormais se petites structures mieux adaptées aux centre-villes, quartiers que les citadins ne veulent plus vraiment voir désertés.

Si cela reste encore vrai dans les grandes villes et autres quartiers épars mais animés, dans les bourg, village et petite ville, nombreuses sont les vitrines recouvertes de posters cachant la misère du non client.

Internet est arrivé et permet à tous la livraison à domicile ou à côté de chez soi : c’est le grand bazar portes ouvertes 24h/24, 7j/7 365 jours par an ou 366 selon le moment.

Mais grand plus costaud que petits a très certainement trouvé plus géant que lui : Amazon.

A moins qu’il ne sache mieux s’adapter à la versatilité consommatrice que ses exigences premières a mise à jour.

Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.