InfosRéflexions

Faux semblant

Et voilà la mode est arrivée dans notre petite ville qui hier encore était considéré comme provinciale. La valse des préfets n’avait pas encore frappé.

Alors, c’est la maire, nouvellement élue à la suite du maire ancien, qui a sortie l’artillerie lourde du décret rendant obligatoire le masque sur tout nos marchés.

Le masque rempart principal, dans cette ville fortifiée, contre l’assaillant Covid19.

Mais, permettez-moi de présenter ici toute mon incertitude.

Je passerais outre les errements du début affirmant que le porter était une faute de goût si l’on n’était pas personnel soignant.

Tout le monde peut se tromper mais j‘aimerais comprendre le pourquoi du comment de cette obligation générale même en plein air où se trouvent nos marchés de vendeurs de proximité.

Le plus important était la préservation des gestes barrières consistant au lavage des mains à chaque fois que cela est possible et la distanciation que l’on disait sociale d’au moins un mètre comme si madame la baronne avait désiré un quelconque rapprochement d’avec son plafonnier.

Et puis quoi, la projection envoyée par celui qui parle reste fixée en espace clos comme les particules fines qui composent le nuage de fumée que vous ne voyez plus depuis que les fumeurs s’abstiennent de le faire devant vous.

Mais, à l’extérieur tout cela se ventile à la vitesse grande brise qui fut venue.

Bien sûr que les résistantes demeurent plus longtemps suspens ton vol, mais l’essentiel n’était-il pas la quantité reçue ? D’ailleurs, la fameuse appli Stop Covid qui devait cibler les atteints ne parle-t-elle pas de retrouver ceux ayant coupé la route, le chemin, le rû ou la ruelle voire l’avenue, du malade avéré si le prétedu présumé contact avait eu lieu plus de 10 mn et à moins de 3 mètres.

Alors pourquoi, pourquoi ?? et puis, s’il était vraiment sur l’État continuerait-il a en faire supporter la responsabilité sur ses soldats toujours au combat sur le terrain ??

Booking.com

Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.