Accueil / Réflexions / Il faut s’y faire

Il faut s’y faire

Cela fait partie de la vie, la mort en est indissociable…

Mais, alors qu’étant jeune cette échéance était, sauf accident, très éloignée, au fur et à mesure du temps qui passe, l’on voit arriver quotidiennement la maladie, la mort sans accident…

Encore aujourd’hui, même si c’était hier pour un autre maître chanteur, un berger est mort, sera-t-il remplacé pour suivre un troupeau égaré ? Oui, bien sûr, mais ce sera un autre temps, place à autrement, du moment que la vie se fasse et continue.

Mais, même si les retours en arrière sont toujours possibles à cause des peurs de certains, des autres, mais aussi de soi, de son propre intérieur, de son soi en intra, la réalité est là : les différences ne sont plus, vous ne direz plus jamais vous ne saviez pas.

Regardez l’autre, comme il le faisait, et sans être un surhomme, faible avec ses défauts, et n’ayez plus peur : ce n’est pas parce que l’autre l’est justement que vous serez obligé de quitter votre confort moral, laissez-le simplement évoluer et vous vous en comporterez bien.

Les forces naturelles se chargeront, en fonction des avancées plus ou moins fortes de l’expansion des erreurs humaines, de renforcer la solidarité nécessaire, utile, indispensable des êtres vivants sur terre à défaut de disparaître avant de comprendre quoique ce soit à leur style de vie.

Si les territoires deviennent invivables, l’afflux des immigrants vers des terres plus hospitalières ou considérées telles, ne pourra plus être refusée, repoussée, mais devra être accepté avec les différences qui vont avec, les cultures s’entrechoquant mais, au lieu d’une vilaine adversité, nous aidant à mieux vivre de notre intelligence renforcée de la diversité permettant de croire en un meilleur devenir même si les choses les plus partagées sont la loi du plus fort, le machisme, la rapacité, l’entre-soi et j’en passe tellement j’aimerai être dépassé dans le bon sens dans le sens de mes propos ici tenus.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*