Accueil / Réflexions / Faites ce qu’il y a à faire

Faites ce qu’il y a à faire

Il se sent immigré dans son pays d’adoption dont pourtant il se sert des services républicains et a servi, en bien ou mal selon les préférences de chacun.

Il veut donc repartir à zéro dans ce pays catalan dont pourtant il est considéré par beaucoup comme simple étranger.

Mais quoi de mieux que pour se faire adopter que d’être maire de sa terre natale ? La roue tourne, celui que l’on nommait roi des forains s’est coupé la tête sans laisser les sans culottes prendre la Bastille.

La question se pose désormais de ce qu’il va advenir du marché de Noël qui se tenait sous sa coupe sur les trottoirs de la plus belle avenue du Monde.

Sera-ce désormais la place des vrais artisans créateurs artistes ou encore une domination de la copie industrielle attrape gogos  de tête de touriste j’ai l’air comme cela.

Alors il va faire la grande valse des petits fours pour avoir un maximum de papiers en sa faveur dans l’urne et éviter un four sans précédent.

Dans son ancien pays, les riches se portent bien.

Ils sont 358 198, je les ai compté un par un ce qui explique la précision de bon aloi, à se partager quelques 1 029 malheureux pauvres milliards d’€ ; soit 2 872 713€ de patrimoine net.

Ce qui ne fait pas lourd, quoique pour celui qui touche le Rsa….

Mais, il serait bon de voir ce qu’il y a dedans et au moins ce que rapport ce patrimoine qui n’était pas concerné par le lot de l’homme au drapeau en berne.

Un indice, ces riches, étant 1,5 % du nombre des contribuables captent 9 % de la richesse nationale.

A priori, cela reste très confortable.

Mais, il vaut mieux continuer à taper dans le portefeuille dégarni du plus grand nombre.

Ainsi, le forfait santé risque bien de passer de 12 à 24€ à prendre en charge par les mutuelles de ceux qui peuvent en prendre.

Les autres n’auront qu’a pas être atteints.

Et les mutuelles auront tout loisir d’augmenter ce qu’elles appellent encore cotisations à régler par leurs adhérents sociétaires.

Toujours d’une course de pédales : « espérons que nous pourrons faire ce qu’il y a faire ».

Oui, il vaut mieux faire ce qu’il faut faire.

Sinon ce n’est pas fait, ce qu’il ne faut pas faire.

Et ce serait vraiment bien fait pour eux.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.