Accueil / Infos / Facebook est-il pire que les autres ?

Facebook est-il pire que les autres ?

Plus le temps passe et plus le pourcentage d’internautes qui se détourne de Facebook est important.

Un sondage réalisé aux États-Unis par Pew Research Center, fait ressortir que plus de la moitié des internautes inscrit à Facebook ont modifié les réglages de confidentialité (est-ce vraiment efficace), qu’un quart aurait supprimé l’application (plus de 40 % sur la tranche d’âge 18 à 29 ans).

Qu’en est-il en France ou plus également en Europe ? Il y a probablement un décalage dans le temps avec le pays d’origine de Facebook.

Que reproche-t-on à Facebook, d’en savoir trop sur ses utilisateurs, de les commercialiser, même si Mark Zuckerberg affirme que ses inscrits à son réseau ne sont pas des marchandises, c’est faux.

Facebook étant gratuit, le produit à vendre ce sont les utilisateurs, avec une approche beaucoup plus fine que la publicité à la télé ou dans la presse.

Par le passé, on parlait à la télé, du créneau horaire « de la ménagère de moins de 50 ans », le ciblage n’est pas très précis pour les passages de publicités.

Facebook sait pratiquement tout sur ses utilisateurs, jusqu’à leur religion, leurs tendances politiques, sexuelles, leurs déplacements, leurs goûts (alimentaire, littéraire, musicaux, sportif,…),…

D’où la possibilité d’afficher des publicités hyperciblées. Par exemple, proposer un modèle précis de chaussures, à quelqu’un qui justement en a besoin et de ce modèle.

Et comme cela Facebook engrange des milliards, mais pour combien de temps encore ?

Tous les regards sont braqués sur Facebook. Mais qu’en est-il des autres réseaux sociaux ?

Aussi bien ceux qui appartiennent à Facebook tel que Instagram ou WhatsApp, que d’autres réseaux sociaux.

Il est probable que ceux qui sont payants, tel que LinkedIn ou Viadeo ne considèrent pas leurs clients comme des marchandises.

Cela ébranle sérieusement la confiance que l’on peut avoir dans les réseaux sociaux gratuits. Il faut que ces sociétés qui fournissent un service gratuit le rentabilise. Et pour cela, il n’y a qu’une seule solution commercialiser ceux qui s’y inscrivent gratuitement (et en fournissant aux annonceurs les informations les plus précisent possible).

Il faut simplement, ne perdre de vue, qu’en utilisant Facebook, Instagram, WhatsApp,… on est étudié, analysé sur toutes les coutures, que chaque information publiée sera conservée et décortiquée, que le GPS de notre smartphone communiquera notre position à tout moment.

Nous touchons les limites du « tout gratuit ».

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.