Accueil / Réflexions / Escapade bourguignonne

Escapade bourguignonne

D’une petite escapade bourguignonne, trois semaines tout de même, j’ai eu le plaisir de saisir une petite partie de son patrimoine de Mâcon à Tournus, c’est le long de la Saône, vous ne pouvez pas vous y tromper…

Au-delà des vieilles pierres qui m’ont ravies et qu’entretiennent quasi jalousement certains, j’ai l’occasion de vous faire part de trois adresses qui m’ont convaincu.

2 concernent des restaures, il faut bien satisfaire certains goûts et l’autre un caviste pour confirmer les précédents – à boire sans prétention, avec attention et modération.

De Mâcon, nous avons retenu que Lamartine y avait siégé ; mais, je l’avoue, je me suis plus intéressé au restaurant Le Lamartine – sis quai du même nom au 259 pour être plus précis.

Si le décor Art déco date du début XX°, le resto lui fait trace depuis …1804.

Je ne sais pas ce qui y était servi en ces temps, mais au jour d’aujourd’hui, et certainement demain aussi, l’endroit vaut le détour d’autant plus que le maître des lieux, ancien chasseur, adorait notre chien.

Mais, passé l’étonnement des lieux, c’est le service des plats qui vaut que l’on s’y arrête vraiment : pour pas cher, vous ferez un vrai festin ; pour plus également et c’est très bien.

Si vous en avez le temps, poussez jusqu’à Tournus pour voir nos deux autres choix.

Le premier, un restaurant également, sur les quais de Saône également, vous régalera également d’un plaisir gourmand.

Il s’appelle le Parisien – c’est au 12 quai Nord – du nom de ce bateau qui jusqu’en 1925 embarquait peuple et marchandises sans discernement de Chalon à Mâcon.

Je ne sais trop lequel vaut des deux, mais ce qui est sûr, c’est que pour aller aux deux, mieux vaut prévoir deux trois jours afin de mieux en profiter.

Ma dernière adresse est ce petit caviste dans la rue marchande de Tournus au centre ville qui vous propose des vins à tous les prix y compris petits sans rien gâcher au contenu.

Le maître des lieux, Romain Bayet, est de bons conseils, sachez en profiter : Cave St Valérien au 58 rue du docteur Privey.

Petite précision supplémentaire, comme si ce qui vous a été dit ne vous suffisait pas pour vous y précipiter : ces trois lieux bourguignons sont aussi recommandés par le Petit Futé, c’est dire…

J’aurais bien voulu également vous conseiller l’auberge, objet de la photo illustrant l’actuel, mais elle est fermée depuis juin 2017 et semble-t-il pour toujours en l’état.

C’est une réalité désolante, rencontrée tout au long de ce cours périple ; mais, mes restaurateurs de vieilles pierres et de denrées saines me font croire que tout n’est pas perdu, bien au contraire…

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.