Accueil / Idées / En cas de pollution, comment limiter la circulation en ville ?

En cas de pollution, comment limiter la circulation en ville ?

voiture0204Nous avons connu, il y a quelques semaines un épisode de pollution sur la France qui avait conduit à mettre en place (avec un temps de retard) la circulation alternée sur Paris et les départements limitrophes.

Avec les beaux jours qui arrivent, il y aura de nouveaux pics de pollutions, notamment, sur la France.

La circulation automobile est un des facteurs aggravants de cette pollution et limiter la vitesse, voire la circulation elle-même sont des méthodes qui donnent des résultats, qui n’ont rien d’exceptionnels mais qui sont mesurables.

La circulation alternée est toujours complexe à mettre en place et à contrôler (il ne peut pas y avoir un policier à tous les coins de rue).

Par ailleurs certains la trouvent injuste pour principalement 2 raisons.

La première, elle interdit les voitures en fonction du numéro de la plaque d’immatriculation (paire ou impaire) sans se préoccuper du niveau de pollution des véhicules. Ainsi, un gros 4X4 polluant pourra rouler si sa plaque correspond à l’autorisation, tandis qu’une petite voiture moderne et peu polluante pourra se voir interdire l’accès à la chaussée. Le projet de vignette classant les voitures en fonction de leur niveau de pollution pourra résoudre ce problème. L’interdiction sera fonction de la couleur ou du nombre d’étoiles du badge, correspondant au niveau de pollution du véhicule.

La seconde est l’iniquité de l’interdiction en fonction de la plaque d’immatriculation. Si la circulation alternée était imposée un nombre pair de jours (2, 4, 6,..), alors tous les automobilistes auraient la même pénalité d’interdiction. Mais, si l’interdiction est mise en place un seul jour, alors seul la moitié des automobilistes sera concerné, pour les autres pas de contrainte (le jour de l’interdit ils roulent et le lendemain, il n’y a plus d’interdiction).

Par ailleurs, la circulation alternée pose de gros problèmes d’organisation. Nombre de gens ont besoin de leur voiture pour conduire leurs enfants à l’école, aller au travail,… Le covoiturage n’est pas simple à organiser, quand aux transports en commun, ils ne sont pas présents partout.

Face à la pollution, il y a une autre mesure qui est régulièrement mise en œuvre : le ralentissement de la circulation.

Il y a régulièrement, sur les panneaux lumineux d’informations au-dessus des autoroutes, du périphérique (pour Paris et probablement dans les autres villes) des indications demandant aux automobilistes de « lever le pied », de réduire leur vitesse de X Km/h pour cause de pollution.

Dans la mesure où les radars vitesse ne sont pas reprogrammés pour tenir compte de la limitation de vitesse abaissée, les automobilistes ne réduisent pas leur vitesse, ou si peut-être durant quelques centaines de mètres après le panneau et puis ils recelèrent..

Ce qui fait que personne, ou presque ne réduit sa vitesse et beaucoup prennent comme prétexte qu’il serait dangereux de rouler moins vite que le flux des automobiles (ce qui n’est pas complètement faux et qui permet à chacun d’avoir une bonne raison de ne pas ralentir tout en ayant bonne conscience.)

Lorsque des messages vous demandent de ralentir pour cause de pollution

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Laisser un commentaire

Booking.com