Accueil / Faits d'actualité / Emmanuel Macron, est-il responsable du ras de bol ?

Emmanuel Macron, est-il responsable du ras de bol ?

De prime abord, oui sans aucun doute, il est le chef d’État, mais ce n’est pas certains.

Que ce soit en France ou ailleurs, le nouveau président n’arrive pas sur matière vierge, il hérite de tout un passé dont il ne peut pas faire table rase.

Sans remonter à la nuit des temps, avec la modernisation de la France par Napoléon avec, notamment, le Code civil en 1804, mais en regardant simplement la France depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, le début de la reconstruction et la mise place de la Ve République.

La Ve République n’est certainement pas parfaite. La perfection n’existant pas, reconnaissons à cette République la stabilité que n’avait pas la IVe où les gouvernements étaient renversés les uns après les autres.

Emmanuel Macron est le président de la République depuis un peu plus d’un an et demi, il a hérité de tout ce qui a été mis en œuvre depuis le président Charles de Gaulle.

Le Général de Gaulle, d’après-guerre, a le mérite d’avoir mis en place la Ve République et d’être passé au nouveau Franc pour avoir une monnaie solide. Mais, trop vieux au moment de mai 68. Il a eu la présence d’esprit de démissionner en 1969, après un référendum raté (il s’y attendait et la probablement provoqué).

Georges Pompidou n’est pas resté longtemps au pouvoir, malade il est mort en cours de mandat. On lui doit les débuts des (ex) voies sur berge de Paris.

Jusque-là tout allait bien, c’était les trente glorieuses, la croissance, le plein-emploi, des salaires confortables.

Élection de Valery Giscard d’Estaing en 1974, juste après le premier choix pétrolier, le second ayant eu lieu en 1979. Les pays détenant les champs pétroliers ont compris la valeur de l’or noir que les Occidentaux pillaient.

Les campagnes de communication de la France à l’époque c’était « nous n’avons pas de pétrole, mais nous avons des idées ».

Ces chocs ont coupé le moteur de la croissance, bien entendu sur l’élan la croissance à continuer, malgré l’inflation tout allait bien.

Face à la crise économique, Valery Giscard d’Estaing a nommé, Premier ministre, Raymond Barre (le meilleur économiste de France), il a lancé les plans « Barre Un », puis « Barre Deux » qui n’ont rien donné de positifs et là le slogan des Français fut, pour le plan suivant « Barre TOI ».

Aujourd’hui, le slogan c’est « Macron démission » à l’époque c’était « Barre toi », les Français visaient le Premier ministre aujourd’hui c’est le président, mais le principe est le même.

Et depuis, la France, c’est de plus en plus endetté, enfoncé dans le chômage, dans la crise, dans la médiocrité.

En 1981, les Français élisent le premier président socialiste depuis Léon Blum : François Mitterrand, qui durant 6 mois a tenté de mettre en œuvre le programme commun de la gauche (avec 4 ministres communistes), la politique pour laquelle il avait été élu, un échec total. Il a laissé tomber et a mené la politique « du chien crevé au fil de l’eau ».

Résultat, il s’est retrouvé en cohabitation avec Jacques Chirac Premier ministre. Puis, à la fin de son premier septennat, alors qu’il était gravement malade (certains diront mourant), François Mitterrand, c’est représenté et a gagné face à Jacques Chirac.

C’était reparti pour 7 ans, avec un président malade, qui a dû gérer la guerre du Golf et la France là-dedans… elle a continué à s’enfoncer.

Puis, un septennat et un quinquennat avec Jacques Chirac…. Un président sympathique et empathique… mais qui n’a rien fait après 3 semaines de grève en décembre 1995.

Puis nous arrivons à Nicolas Sarkozy, qui avait (comme Emmanuel Macron) de grandes idées de réformes… mais la crise des subprimes nous est tombée dessus. Il laisse tomber les réformes et il a géré la crise tant bien que mal.

Certainement mal, puisqu’il a été battu par François Hollande, qui n’a rien fait durant 5 ans.

Et là, par le hasard de l’histoire, on voit sortir de nulle part un jeune énarque du nom de Emmanuel Macron, qui se retrouve à la tête de l’État.

Avec, en fin de compte, comme dans le temps, Nicolas Sarkozy, de grandes idées de réformes de la France.

La France est un vieux pays qui a besoin de temps à autre, de profondes réformes. Tout le monde est d’accord, mais personne ne veut les subir.

Emmanuel Macron a hérité de toute cette histoire, d’un pays qui ne va pas très bien, même si le patrimoine global des Français est très important. Mais nos voisins, sauf peut-être la Suisse, ne vont pas très bien.

Il veut réformer la France, il dit qu’il a été élu pour cela (même si le pourcentage des Français l’ayant envoyé à l’Élysée est très faible, c’est le principe de la démocratie).

Un mouvement spontané est né, piloté par aucun parti politique ou syndicat, qui dit STOP, NON.

Emmanuel Macron malgré la fougue de sa jeunesse va devoir mettre de l’eau dans son vin, d’ailleurs il commence à faire des concessions. Et comme ses prédécesseurs, gérer le quotidien et faire des réformes à la marge.

Il est possible de faire des réformes profondes après une catastrophe, comme l’a fait Charles de Gaulle après-guerre, où la France été à reconstruire. Il fut possible de mettre en place la Sécurité sociale, la retraite par répartition,…

Mais, face à des institutions qui fonctionnent, les remettre à plat ne peut être que contesté. Il y a une forte résistance au changement.

Face à terrain vague tout est possible car personne n’a rien à perdre, tout est déjà perdu.

Sans nul doute, Emmanuel Macron va rentrant dans le rang et se comporter comme ses prédécesseurs de la Ve République, ne pas faire grand-chose et son successeur fera de même et ainsi de suite.

Jusqu’au moment où les changements s’imposeront d’eux-mêmes face à un désastre ou tout sera à remettre en route, à reconstruire.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.