Accueil / Pourquoi / Élections : les gourous se sont trompés

Élections : les gourous se sont trompés

prevision2303Nul ne peut ignorer qu’hier, dimanche 22 mars 2015, se sont déroulées en France le premier tour des élections Départementales.

Je peux en parler de manière neutre, à Paris nous n’étions pas appelés à voter (Paris est à la fois une ville et un département).

Depuis des semaines les sondages prédisaient que le PS récolterait un très mauvais score pour ces élections. C’est normal, en France, mais dans les autres pays c’est identique, « on » attend beaucoup du pouvoir en place.

Et forcément, « on » est déçu par la politique menée, les résultats qui se font attendre, les femmes et les hommes du gouvernement. De ce fait, à la moindre élection, « on » va voter pour l’opposition, la réaction est plus ou moins forte et le parti en place prend un « claque » plus ou moins violente.

Mais, c’est comme cela et ça ne changera pas.

De plus, ce n’est pas parce que le parti en place perd des élections, qu’il perdra les suivantes.

L’histoire nous l’a souvent démontrée. Par exemple, François Mitterrand, élu en 2001 pour 7 ans et les Députés à l’Assemblée pour 5 ans. Au bout de 5 ans, ré-élection des Députés, une vague bleue et la première cohabitation avec Jacques Chirac, Premier ministre RPR. Le pouvoir change de main, grand classique, les Français furent déçus par Jacques Chirac et ils ont réélu, en 2008, François Mitterrand qu’ils avaient rejeté 2 ans plus tôt.

On est, de fait, face au mouvement de balancier classique du rose au bleu et du bleu au rose et on recommence.

Ce qui est plus intéressant est que les gourous des différents instituts de sondages, les spécialistes (auto-proclamés qui s’autorisent à penser, comme aurait pu le dire Coluche) avaient prédit une défaite de la gauche (ça s’est facile), mais surtout une vague « Bleu Marine », avec le FN (Front National) et Marine Le Pen à sa tête, devenir le premier parti politique de France.

Et bien non, les Français ont mis une claque au PS (mais lorsque l’on regarde l’ancienne carte des élections départementales, c’était l’UMP qui avait pris une claque).

Et le vote FN, reste le vote contestataire, qui par le passé était un vote vers l’extrême gauche, qui n’a plus le vent en poupe (le Front de Gauche ne fait qu’environ 6 %). En d’autres temps, ce vote contestataire se serait éparpillé entre plusieurs parties, ce n’est pas le cas cette fois-ci.

Mais, pourquoi tout ce battage, depuis des semaines, autour du FN qui deviendrait le premier parti de France après les Départementales ?

Il y a eu pas mal de sondages et il est possible que les… sondés aient bluffé les sondeurs en indiquant qu’ils allaient voter FN et une fois dans l’isoloir, ils reprennent leurs habitudes droite/gauche standard ou bien contestataire extrême gauche.

Et puis, il y a, notamment, Manuel Valls et Nicolas Sarkozy qui ont mis une importante énergie, pour faire passer le message non pas « votez pour mon parti » mais « ne votez pas pour le FN ».

Personnellement, et je ne m’autoriserai pas à penser, je ne suis pas un politologue mais un observateur de mon temps. Je crois, simplement, que lors d’un sondage on peut « se lâcher » et puis ensuite dans l’isoloir il y a le vote utile ou raisonnable (au choix). Et puis le battage des politiques PS / UMP / Centre ont eu une influence, anti-FN a eu une influence.

Les élections d’hier furent un bon test et la France passe de manière standard du rose au bleu, avec le vote contestataire qui s’est cristallisé entre les 2 acteurs traditionnels, rien de plus.

En 2017, je ne sais pas qui seront les candidats, mais notre prochain président sera – de manière traditionnelle – un PS ou un UMP. Je n’en doute pas !

Sur ces élections, partagez-vous mon point de vue ?

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Laisser un commentaire

Booking.com