Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

Covid-19 ou la peur de la peur

L’ambiance actuelle est de plus en plus curieuse, morose, bizarre face à cette pandémie qui nous est tombée dessus en Europe, il y a presque 1 an, déjà une année.

Fin janvier 2020, personne ne voulait imaginer, croire, que nous pourrions être confinés, les magasins, les restaurants, les cafés, les théâtres, les salles de sport, les cinémas, … fermés et des attestations pour sortir faire un tour ou des courses dites de première nécessité.

Le premier confinement terminé, le monde d’avant n’a pas repris son court, de nombreuses contraintes et un reconfinement avant la fin de l’an dernier. Et aujourd’hui, un nouveau confinement pointe à l’horizon très proche.

Les vaccins existants ne sont pas vraiment disponibles en grande quantité, un peu plus d’un million de personnes vacciné en France à fin janvier, le bout du chemin est très loin.

Et des messages divergents au niveau du politique. Mardi matin, concernant un possible prochain confinement, il y avait trois messages différents qui circulaient, l’un indiquant confinement dès cette semaine, un autre pour la fin de la semaine prochaine et un troisième repoussant le confinement aux vacances d’hiver.

Où se trouve la vérité, peut-être sur aucune de ces échéances. Peut-être que la date envisagée aujourd’hui pourrait être différente demain et encore différente après-demain.

Pour le gouvernement, le président de la République, il est évident qu’il est très complexe face à autant d’inconnues, d’incertitudes de prendre des décisions, surtout la bonne décision.

Confiner la France, c’est un coût de l’ordre de 15 milliards d’euros par mois, ne pas la confiner est un risque sanitaire au coût et aux conséquences difficiles à chiffrer.

Cette situation, de virus, de virus variant, de vaccins disponibles ou pas, d’ouvertures d’établissement recevant du public (café, restaurants, …) prévues et repoussés, le télétravail imposé et non souhaité, les étudiants ne pouvant aller en cours en présentiels, les activités économiques à l’avenir incertains, sans oublier les incertitudes de ceux qui nous gouvernent, crée au-delà de la peur de la maladie, d’attraper Covid-19, une peur de la situation actuelle.

Donc, en quelque sorte, une peur de la peur.

Il serait temps, aujourd’hui de se projeter, d’imaginer le futur, en prenant en considération la présence de ce virus (et probablement d’autre part la suite). Intégrer, en fin de compte les mesures barrières dans notre quotidien.

Que les mesures barrières ne soient plus un drame, mais simplement une manière de se comporter.  Un peu comme la ceinture de sécurité en voiture, une obligation ressentie comme une calamité, une restriction des libertés dans le domaine privé (l’intérieur de la voiture). Maintenant, on monte en voiture, de la même manière que l’on ferme sa portière, on s’attache.

Il faut faire de même, avec le masque, le gel hydroalcoolique, le lavage des mains, le bonjour à distance ou s’isoler quelques jours si on est malade.

Mais, il ne faut rester dans cette peur, la peur d’attraper la Covid-19, la peur des prochaines annonces du gouvernement, la peur des vaccins, la peur des variants, …

On finit par avoir peur d’avoir peur, et on n’avance plus, au risque de régresser, de laisser notre monde dépérir, c’est dès à présent qu’il faut commencer à reconstruire un monde différent, en prenant en compte de manière positive les nouvelles contraintes.

La planète Terre a encore beaucoup à nous apporter tout en la préservant.

Olivier Kauf

Consultant depuis plus de 30 ans, Je suis depuis une dizaine d'années journaliste, professionnel dans le domaine des risques et des assurances pour le e-mag RiskAssur-hebdo (https://www.riskassur-hebdo.com) et témoin de mon époque pour https://notre-siecle.com et https://perelafouine.com RiskAssur, Notre-Siècle et PèreLaFouine proposent chaque jour de nouveaux articles issus de la rédaction : la vie des sociétés (nominations, acquisitions, accords, …), des tests/présentations de produits, des ouvrages (professionnels, romans, bd, …), … Je peux : - présenter vos produits ou nouveaux ouvrages (il suffit de me les envoyer) - écrire sur des sujets à la demande pour du référencement SEO - publier vos communiqués de presse - Publier vos AAPC - … Une question, une remarque : olivier@franol.fr

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.