InfosRéflexions

Comment les États-Unis améliorent la sécurité alimentaire en aidant les agricultrices ?

ShareAmerica

Dans un monde où près de la moitié des agriculteurs sont des femmes, une population féminine autonomisée signifie une agriculture mondiale plus prospère.

Depuis 2010, l’initiative Feed the Future réunit des organisations du secteur privé et des organisations gouvernementales américaines pour s’attaquer au problème de la faim et de la pauvreté dans le monde. Aujourd’hui, 8,2 millions de femmes de plus vivent dans des foyers à l’abri de la faim depuis que les États-Unis ont lancé le programme Feed the Future.

Voici trois pays dont la sécurité alimentaire, les opportunités d’entrepreneuriat et l’instruction nutritionnelle chez les femmes se sont améliorées au cours des neuf dernières années.

Guatemala

La sûreté et la sécurité des Guatémaltèques est une priorité pour le gouvernement des États-Unis, ce qui comprend aider le pays à booster son économie grâce à l’agriculture. Feed the Future travaille en étroite collaboration avec les producteurs de café guatémaltèques pour rénover des plantations de café et lutter contre la rouille du caféier. Un nouveau projet, baptisé Guatemala Coffee Value Chain, va former et aider environ 20 000 petits exploitants agricoles avec des outils technologiques qui permettent d’augmenter le rendement des cultures et d’améliorer la gestion des terres et de l’eau. Ainsi, les agricultrices – qui participent souvent au processus de production du café après la récolte – peuvent aspirer à une vie prospère dans leur propre pays.

Bangladesh

L’USAID a aidé environ 80 000 agriculteurs bangladais – dont la majorité sont des femmes – à se tourner vers l’élevage de poissons en plus des cultures comme celle de légumes. La production globale de poissons a augmenté de 25 %, un chiffre qui promet de continuer à grimper au fur et à mesure que les éleveurs apprendront à s’occuper d’étangs à poissons. Le résultat ? Une communauté plus stable économiquement parlant, car les femmes sont en mesure de subvenir aux besoins de leur famille.

Népal

La sécurité alimentaire comprend également une bonne nutrition et l’accès à un approvisionnement en eau fiable. Au Népal, où plus d’un tiers des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition, l’USAID travaille au niveau des communautés pour éduquer les femmes sur les meilleures pratiques sanitaires avec les jeunes enfants, notamment en encourageant l’allaitement maternel. Dans les communautés auxquelles l’USAID a apporté son concours, la part des bébés de moins de 6 mois nourris exclusivement au sein est passé de 45 % à 71 % en cinq ans.

Tags

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer