Accueil / Réflexions / Comment est-ce possible, au XXIème siècle en France ?

Comment est-ce possible, au XXIème siècle en France ?

avion0610Nul n’ignore qu’un conflit gronde chez Air France, depuis des années. Face à la concurrence, cette compagnie d’aviation n’est plus rentable.

D’un côté la direction réduit les effectifs et veut augmenter le nombre d’heures travailler (notamment des équipages) et de l’autre, le personnel refuse les modifications de leurs rythmes de travail.

Une situation qui est de plus en plus bloquée.

Je crois que l’on peut, dans un conflit, dans une conversation avoir des mots qui sont violents, voire grossiers ou insultants.

Dans le feu de l’action, comme on le dit « les mots peuvent dépasser la pensée » et s’ils reflètent la réalité de la pensée, ils peuvent être dit de manière inappropriée dans une conversation.

A la limite, bien que je sois un non-violent, on peut imaginer qu’une claque soit donnée, sans préméditation, qu’elle parte… comme cela, à la suite d’un mot, d’une phrase. C’est grave, ça ne se fait pas, mais bon, c’est la vie et le risque lorsque la tension monte entre 2 individus ou 2 groupes d’individus.

Mais, ce qui s’est passé hier, chez Air France, est inimaginable, en France, au XXIème et dans les locaux d’une entreprise.

J’ai regardé une vidéo sur Facebook, qui aurait été prise juste avant les actes de violence. Il est expliqué, dans les commentaires, que les gens de la direction d’Air France auraient snobé les syndicats.

Effectivement, ce n’est pas comme cela qu’un dialogue peut s’instaurer, et que l’on peut trouver une solution constructive, mais c’est un comportement comme un autre, le refus de la conversation.

Par contre que 2 personnes de la direction soit prises à partie et physiquement attaqué, au point de commencer à leur arracher leurs vêtements. Cela est inadmissible.

C’est par ailleurs dangereux, il y a l’effet de groupe. S’ils n’avaient réussi à s’échapper, ces 2 hommes auraient pu être purement et simplement lynchés. Risquer la mort pour avoir refusé de discuter, cela me semble impensable.

Il arrive que dans les manifestations, des personnes ultra-violantes sans lien avec les manifestants s’infiltrent avec le seul but de tout casser et – parfois – d’en démordre avec les forces de l’ordre.

Dans le cas présent, c’était une réunion privée, des anonymes ne pouvaient s’infiltrer dans le seul but d’agresser des gens.

Je comprends que les syndicats puissent être exaspérés par un comportement qu’ils peuvent considérer comme étant stérile (par exemple le refus de discuter). Mais, je ne comprends pas que l’on puisse en venir à agresser physiquement.

Que va-t-il se passer ?

A priori, les 2 personnes agressées auraient déclaré ne pas savoir qui les a agressés. Très bien, cela protège les agresseurs et après.

Comment peut-il – maintenant – y avoir de nouvelles réunions entre la direction et les syndicats d’Air France ?

Les gens de la direction risquent d’y aller « la peur au ventre » et c’est humain. Avec le risque d’une montée de la violence comme la présence d’armes (soit de la part des personnes de la direction pour se défendre, soit de syndicalistes).

Faudra-t-il que les nouvelles réunions soient organisées en conviant les CRS pour faire régner l’ordre ?

Personnellement, si j’étais le DRH d’Air France, je refuserai de me trouver face à un groupe de syndicalistes d’Air France sans avoir une sérieuse protection et des possibilités d’être exfiltré – rapidement – en cas de besoin.

Je comprends les salariés d’Air France, ils ont leurs habitudes, leurs salaires, leurs rythmes de travail. Seulement, en face, le monde à changer, Air France se trouve durement concurrencer par de nouvelles compagnies aériennes (les Low Coast) et par les anciennes qui se sont réorganisées.

Et les consommateurs voyagent sur les compagnes les moins chères. Air France ne peut pas fonctionner à perte.

2 scénarios sont possibles.

La fermeture de la compagnie, qui pourrait renaître autrement. Croire que cette compagnie ne peut pas fermer, parce que c’est Air France est une erreur. Qui aurait pu penser que Swiss Air puisse fermer et pourtant. Elle a redémarré, autrement, sous le nom de Swiss.

Le rachat de la compagnie, avec la chute des actions d’Air France, une OPA est parfaitement possible. Par exemple, Alitalia, a comme actionnaire principale la compagnie nationale d’Abu Dhabi, Etihad, qui a racheté – il y a quelques années – 49 % de ses actions.

Aujourd’hui, tout est possible, et l’acte de violence ressemblent à un début de lynchage ne va rien arranger pour Air France.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Toujours indépendant, depuis plus de 30 ans, j’ai la chance d’avoir pu remplir de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement), coaching de groupe et individuel. En intervenant au sein d’entreprises, principalement, des secteurs de l’assurance, de la finance ou encore de cabinets d’actuariat, de conseil en rémunération, d’avocats qui m’ont permis de développer mes compétences professionnelles. Tout en restant consultant (si vous avez besoin d’un regard extérieur sur un projet, un problème, un questionnement, un audit ou tout autre,…), il y a une dizaine d’années j’ai découvert l’écriture … journalistique (avec https://notre-siecle.com et https://www.riskassur-hebdo.com). Ces 2 sites ont une fréquentation sérieuses (en nombre et en qualité), cela peut être intéressant à utiliser pour du référencement naturel (SEO). N’éhsitez pas à me contacter pour en savoir pour en parler.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*