Accueil / Réflexions / C’est mieux de vivre comme ailleurs

C’est mieux de vivre comme ailleurs

Voir le deuxième du championnat de foot de première division mener 1-0 au bout de 75 mn devant  11 joueurs, petits poucets de ligue inférieure luttant pour leur maintien, justes sortis des écoles de formation laisse pantois.

A moins que ceux-la ne nous préparent une nouvelle génération capable de gagner sur toutes les lignes.

Bien sur, les premiers, qui ne sont que second de cordée, ont rempli leur contrat de gagner sans coup férir.

Ils continueront leur aventure et les gens du nord, pardon du haut de France, seront fiers d’eux dans leur cop.

Mais ce que je retiendrai personnellement c’est la grande qualité des gardiens qui ont bien souvent sauvé les siens.

Et en plus les gagnes-petits lèvent les bras heureux d’avoir gagner sans gloire aucune… C’est un des privilèges que se réservent les puissants en méprisant ceux qui n’ont pas ou, parfois, peut-être bien souvent, qui n’en veulent pas.

Une question lancinante qui taraude les esprits, polluent d’autant plus les débats que l’on peine à la dévoiler : « sans cette violence, les gilets jaunes auraient-ils obtenu satisfaction ».

pourtant, il semble bien que la réponse est dans la question.

La violence de l’oppression verbale dans des propos qui ne sont forcément maladroits, puisque forcément pensés comme étant la vérité de puissants, la violence dans des actions voulues et rapidement exécutées pour affaiblir financièrement les plus faibles en réduisant les aides, en asséchant les caisses d’entre aide pour en contre-partie donner encore plus aux ultra riches qui ne demandaient rien officiellement, mais n’ont rien refusé en bloc.

Le mensonge en mépris est d’avoir voulu faire croire qu’il fallait le faire pour éviter, bis en marronnier, le départ de fortunés d’une France qui serait en manque de capitaux alors qu’en prime time, l’illuminé avait conforté l’idée que dame France aurait un retour immédiat en forme de ruissellement.

Or, chacun sait bien l’épouvantable montant des capitaux mis sans des entreprises non françaises.

Allez voir votre banquier pour avoir confirmation.

c’est aussi stupide que navrant que l’invention de libérer le licenciement pour qu’il y ait toujours plus d’emplois.

Au mieux si le système devait fonctionner à la mode capitalistique, des milliers d’emplois à la sauvette seraient créés permettant à ces messieurs de mieux se faire cirer les pompes comme en pays anglo-saxon (!) ou Germain.

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.