QuestionsRéflexions

C’est interdit mais pas trop

jardinier1706Voilà une décision bizarre gouvernement, la fausse interdiction d’un désherbant, le célèbre Roundup. Il semble que son principe actif soit, potentiellement, cancérogène pour l’homme.

Normalement, comme le principe de précaution a été inscrit dans la Constitution française, ce désherbant devrait être purement et simplement interdit de commercialisation et d’usage en France.

Même sans que cela soit gravé dans la constitution, dans le doute, surtout face au risque d’un cancer, mieux vaut s’abstenir.

Moi, qui suis un jardinier « du dimanche » (ou plutôt du week-end), j’ai toujours privilégié des méthodes naturelles pour désherber, plutôt que des produits chimiques. Il y a beaucoup moins de précautions d’usage. Généralement je les arrache et sur une allée en gravillon je les brûle au chalumeau à propane. Inutile de se stresser le week-end avec des produits, potentiellement, dangereux.

Mais revenons au Roundup, il est interdit tout en étant autorisé.

À partir du 1er janvier 2018, il ne sera plus dans les rayons des jardineries, mais caché dans les stocks. Il y aura probablement une étiquette, en rayon, avec un truc du style « produit à demander au vendeur ».

Concrètement, ça change quoi ?

En dehors de perdre du temps, à chercher un vendeur, à lui demander le produit, à attendre qu’il aille le chercher.

Que le vendeur mette en garde le client, je n’y crois pas un instant.

Il va y avoir 2 types de clients.

Ceux qui ont toujours utilisé du Roundup et qui diront – à un vendeur un peu zélé – « j’ai l’habitude de ce produit, ne perdez pas votre temps ».

Ceux qui cherchent un désherbant sans savoir ce qu’ils veulent et qui effectivement, demanderont conseil à un vendeur. Comme, il le ferait aujourd’hui. Que conseillera le vendeur, ça, c’est un mystère. Mais, peut-être du Roundup.

Mais, le fait de ne pas interdire purement et simplement ce produit, ne changera rien à sa commercialisation.

Ça me fait penser à ces produits, où seul la boîte vide est en rayon pour éviter le vol. Il faut demander à un vendeur, le produit réel (ou le contenu de la boîte). Si cette approche réduisait les ventes, les magasins ne la pratiqueraient pas.

En fin de compte, puisque le Roundup est interdit sans l’être. Est-il dangereux pour la santé ou pas ?

C’est la véritable, la seule et l’unique question.

Si la réponse est NON, alors circulez, il n’y a rien à voir et le Roundup est un bon produit pour désherber.

Mais, si la réponse est OUI, alors que les jardiniers du dimanche soient intelligents et qu’ils ne mettent pas leur santé en danger, qu’ils utilisent autre chose pour leur jardin. Pas besoin d’une loi pour cela, c’est juste du bon sens.

Olivier Kauf

Consultant depuis plus de 30 ans, Je suis depuis une dizaine d'années journaliste, professionnel dans le domaine des risques et des assurances pour le e-mag RiskAssur-hebdo (https://www.riskassur-hebdo.com) et témoin de mon époque pour https://notre-siecle.com et https://perelafouine.com RiskAssur, Notre-Siècle et PèreLaFouine proposent chaque jour de nouveaux articles issus de la rédaction : la vie des sociétés (nominations, acquisitions, accords, …), des tests/présentations de produits, des ouvrages (professionnels, romans, bd, …), … Je peux : - présenter vos produits ou nouveaux ouvrages (il suffit de me les envoyer) - écrire sur des sujets à la demande pour du référencement SEO - publier vos communiqués de presse - Publier vos AAPC - … Une question, une remarque : olivier@franol.fr

Un commentaire

  1. C’est d’autant pas trop interdit que c’est prendre les français pour des niais…Le principe du Roundup est le
    glyphosate (N-(phosphonométhyl)glycine, C3H8NO5P) est un désherbant total foliaire systémique, c’est-à-dire un herbicide non sélectif absorbé par les feuilles et ayant une action généralisée. Produit sous brevet à partir de 1974 exclusivement par Monsanto sous la marque Roundup. Le brevet est tombé dans le domaine public en 2000, d’autres sociétés produisent désormais du glyphosate. Alors n’interdire que Roundup une marque commerciale n’est pas interdire le principe actif…CQFD

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.