Accueil / Réflexions / Ça date

Ça date

Il faut que ce soit dit.

Confondre date limite de consommation (DLC) avec date de durabilité minimale (DDM), c’est se préparer quels inconvénients détestables et selon parfois bien pire.

Le doute n’est pas permis sur la DLC puisque l’on vous dit qu’après cette date, pshitt le tout vous saute à la gorge pour vous faire voir le pire d’un produit soudainement périssable.

Seulement lorsque l’on sait que la technique avance que les produits sont antidatés pour permettre une rotation des stocks si chère aux commerciaux et que par ailleurs vous avez sans aucun doute mangé en date dépassée sans rien y voir, l’on doute des dates.

Mais il est évident que moins un produit laitier est frais, moins il fait bon et sans doute votre nez vous fera valoir le danger.

Quant à la DDM, l’on peut se demander si l’on se fiche pas du tout du monde lorsque l’on sait que c’est l’Europe du Nord qui veut tout aseptisée et obligé à mettre une date sur le fromage ou les bonnes sardines à l’huile.

Pour le premier l’on prendra garde à être très prés de cette date pour éviter d’être obligé de manger du plâtre.

Pour les dernières, demandez donc conseil avisé au producteur en boîte en mains qui vous répéteront à l’envie qu’une sardine confite c’est l’extase.

Juste retourner tous les 6 mois les boîtes pour bonne imprégnation huileuse et…ouvrez pour dégustation au moins 5/8 ans après cette fameuse date qui vous donne l’indication du départ.

Quant l’économie fait sa politique c’est assurément la fin de la démocratie.

Un exemple frappant est le Brexit décidé et bien décidé par le peuple anglais..

C’est sans doute cela qui gêne le peuple.

Alors les entreprises font savoir qu’il n’est pas question de jouer le jeu et partiront si le destin n’est pas autre.

Et savez-vous quoi ? Le pire est qu’il n’en est pas autrement.

Il ne fallait pas laissez le pas à la finance à l’encontre des populations.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.