Accueil / Réflexions / Ça colle humainement

Ça colle humainement

La crise humanitaire au Soudan du Sud se font déplacer 4 millions 500 000 d’êtres humains qui sont désormais sans toit.

Ou sans toi, puisque les pays industrialisés ne font rien après avoir tant fait pour leur propre compte.

Parmi eux, seulement 63 % sont des enfants qui ne sauront rien de la vie d’enfant, n’iront pas à l’école apprendre à lire et à écrire et seront autant de bombes à retardement pour ceux qui sont passés sans voir et les autres car ils n’auront pas appris à faire un tri.

Mais peut-être que certains finiront vendus en masse pour servir de chair humaine à de riches commerçants qui en feront leur utilité quotidienne..

tout cela, bien entendu, sans que le mot esclave ne soit prononcé tant dans ces milieux là les éléments de communication importent pour les affaires transnationales de la plus haute importance.

Que leur direz-vous aux quelques survivants qui oseront frapper à vos portes quémander un droit de vivre que personne ne peut leur retirer ?

Allez-vous leur apprendre à vivre, leur faire savoir votre savoir faire de bonne tenue en société mondaine bien propre sur soi ?

Mais heureusement pour les bonnes consciences européennes ou d’ailleurs, certains auront la bonne idée de se révolter, incorporer un parti extrême, prendre les armes.

Ce qui justifiera de les enfermer, les refouler vers un destin qu’ils n’auraient jamais du vouloir écarter.

Après tout ce n’est vraiment pas la faute des bonnes gens si ces derniers sont mal nés, l’on ne peut rien faire.

Déjà trop compliqué de s’occuper de ses petites affaires, rétablir les frontières pour rester entre-soi est une sage décision.

Que chacun reste chez soi, les troupeaux seront bien gardés.

Et puis pas de tralala, ici bas, nous avons notre affaire sparadrap collant aux doigts de l’illuminé qui s’est déclaré seul responsable devant ses fournisseurs prestataires et actionnaires.

Alors, faute avouée, à moitié pardonnée…

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.