Accueil / Réflexions / Beauté des biens pensants

Beauté des biens pensants

Quels dus au Sud devrions-nous ? Au sud ou ailleurs d’ailleurs.

Il est surprenant de lire, mais vraiment pas inintéressant, les propos de celui qui avait déjà sévit contre le fait de manger de la viande pour les humains.

Qu’il m’excuse s’il le veut bien d’employer encore ce terme puisque selon lui il n’y aurait pas de catégorisation des espèces.

Tous ensembles, tous égaux, tous contents.

Ne pas se viander, pourquoi pas, ce serait bien dommage qu’avec nos connaissances, par rapport à d’autres éléments terriens comprenant le marin et le ciel, on refasse le faux coup du big bang ou qu’il n’y en ait qu’un qui se croit obliger de sauver les espèces en embarquant à bord de ce qu’il a été bien seul à construire, les autres animaux, dont le roi, le regardant faire en espérant qu’il baissera la garde…

Désormais, il prône que chacun abandonne 10%, le quart ou même tiers de ses revenus pour les redonner à ceux qui en ont bien besoin.

Une sorte de super impôt en somme mais pas étatique, collectif, non juste un geste libéral volontaire de manière obligatoire si l’on ne veut pas être mis au banc de l’humanité humaine et animale.

Et attention, pas question d’aider le Sdf près de chez toi, ou encore moins la mère fille voisine de palier.

Non, obligation d’aider, de choisir, les plus pauvres des plus pauvres car il y a concurrence et que l’essentiel est de pouvoir dire en fin de matinée, journée, semaine, mois, semestre année, siècle et amen : combien ais-je sauver de vies.

Moi, je remercie ceux qui m’ont sorti hors ces critères discriminants, et j’essaie de rendre la monnaie sans ruissellement.

Bizarrement pour ce philosophe, aucun reproche vis à vis de ces entreprise, gouvernements qui pillent, ou laissent faire, les pays les plus pauvres où se trouvent, comme par hasard, les plus grandes richesses.

Qu’ils mangent maintenant des herbes avant que l’on trouve que celles-ci ont leurs propres vertus sensibles.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.