Accueil / Bibliothèque / La baguette de la République de R. Khader et N. Guerziz chez Fauves Éditions

La baguette de la République de R. Khader et N. Guerziz chez Fauves Éditions

Fauves Éditions nous proposent, de Ridha Khader et Naïma Guerziz, La baguette de la République.

Cet ouvrage nous expose le destin d’un immigré Tunisien qui est devenu le boulanger fournisseur officiel de l’Élysée, de Matignon et d’autres Ministères, en fin de compte le boulanger le plus populaire de Paris.

Le livre a été écrit par Naïma Guerziz (auteure, enseignante et chroniqueuse) à la suite d’entretien avec ce célèbre boulanger Ridha Khader.

Rien ne destiner à cela, il est en Tunisie à Kairouan issu d’une famille de modestes agriculteurs, il débarque à Paris à l’âge de 15 ans, pour travailler dans la boulangerie de son frère qui lui enseigne les rudiments du métier. En 2010, il ouvrage sa propre boulangerie.

Cela aurait pu être sa vie, un boulanger comme tant d’autres, mais non, 3 ans plus tard, il remporte le concours de la meilleure baguette, devenant ainsi le fournisseur officiel de l’Élysée, Matignon et du Quai d’Orsay.

Ridha a de nombreuses sa mère de lui avoir donné les meilleurs conseils, d’être ce qu’il est un battant, d’être positif, d’aller de l’avant de ne jamais baisser les bras.

C’est un ouvrage positif, il y a tant de jeunes, qu’ils soient nés Français ou migrants comme Ridha Khadher, qui baissent les bras, qui sont découragés avant d’avoir essayé.

C’est un message d’espoir qui montre qu’en France tout est possible, c’est une question de volonté… et de chance.

La baguette de la République est un ouvrage vivant, humain, drôle par moment, touchant à d’autre. Révélant de petits secrets d’état « François Hollande aime le pain croustillant ».

Naïma Guerziz nous parle de la vraie vie d’un homme ordinaire, d’un pauvre immigré qui est devenu – en quelques années de dur labeur, le boulanger de la République.

Le destin de Ridha Khader le fait penser au sketch de « Le Douanier » de Fernand Reynaud :

« J’suis pas un imbécile, moi, j’suis douanier, j’aime pas les étrangers. Ils viennent manger le pain des Français. Ouaih, c’est curieux, comme profession, je suis douanier puis j’aime pas les étrangers.

Quand je vois un étranger qui arrive et qui mange du pain, je dis : « Ça, c’est mon pain » ; puisque je suis français, et qu’ils mangent du pain français, donc c’est mon pain à moi. »

Et à la fin du sketch

« Va-t-en, étranger ! dit le douanier.

Il m’a répondu : « J’en ai ras-le – bol. Votre race et sa noblesse. Il a pris sa femme, sa valise, ses enfants. Ils sont montés sur un bateau, ils ont été loin au-delà des mers. Et depuis ce jour-là, dans notre village, on ne mange plus de pain… Il était boulanger… »

Pour vous procurer, La baguette de la République, cliquer ICI

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Toujours indépendant, depuis plus de 30 ans, j’ai la chance d’avoir pu remplir de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement), coaching de groupe et individuel. En intervenant au sein d’entreprises, principalement, des secteurs de l’assurance, de la finance ou encore de cabinets d’actuariat, de conseil en rémunération, d’avocats qui m’ont permis de développer mes compétences professionnelles. Tout en restant consultant (si vous avez besoin d’un regard extérieur sur un projet, un problème, un questionnement, un audit ou tout autre,…), il y a une dizaine d’années j’ai découvert l’écriture … journalistique (avec https://notre-siecle.com et https://www.riskassur-hebdo.com). Ces 2 sites ont une fréquentation sérieuses (en nombre et en qualité), cela peut être intéressant à utiliser pour du référencement naturel (SEO). N’éhsitez pas à me contacter pour en savoir pour en parler.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*