Accueil / Réflexions / Nous aurons toujours de la pâte à tartiner N.

Nous aurons toujours de la pâte à tartiner N.

L’entreprise italienne, Ferrero qui exploite une célèbre marque de pâte à tartiner à base de noisette et d’huile de palme et qui ne s’en cache pas et contrairement aux bruits qui ont couru en Allemagne, il n’est pas question pour Ferrero de modifier d’un iota la composition de sa pâte à tartiner, dont le principal ingrédient est l’huile de palme.

En fait, c’est l’huile de palme qui a mauvaise presse en contenant 45 % à 55 % de matières grasses saturées, contre au plus 15 % pour les autres huiles.

Pour les industrielles cette richesse en graisse saturée est une qualité qui en facilite l’utilisation, alors que cette graisse serait plus dangereuse que les autres graisses, pour la santé.

Dans un autre ordre d’idées, on reproche aux principaux producteurs asiatiques d’huile de palme, la Malaisie et l’Indonésie, qui réalisent à eux deux les 85 % de la production mondiale de cette huile, de procéder à des déboisements massifs pour gagner des terres cultivables pour leurs plantations de palmiers à huile.

Leur projet de faire accréditer l’idée que leur production d’huile de palme est respectable de l’environnement n’a pas prospéré, car pour créer de nouvelles plantations de palmiers à huiles, il faut déboiser de nouvelles terres et il est difficile d’accréditer l’idée qu’il puisse s’agir de cultures durables.

Les industriels qui incorporent des matières grasses dans leur préparation, qu’il s’agisse des cosmétiques sont attirés par les avantages de l’huile de palme au plan technique et prix compétitifs, en plus de la facilité d’emploi.

Les huiles de palmes sont rejetées par les associations de consommateurs en tant qu’huiles saturées dont la consommation est à éviter, mais cela fait partie de la recommandation générale de santé, d’éviter de manger trop salé, trop sucré et de manger trop gras, en fin de compte, tout est une question de mesure et de quantité, pour ceux qui consomment ce type de pâte à tartiner.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.