InfosRéflexions
A la Une

Ainsi va leur vie…

Désormais, les entreprises, les vraies, les grosses, les internationales, ont plus de pouvoir que les gouvernements ? Mais à part leurs engagements vis à vis des actionnaires, pour ne pas se faire vider, les dirigeants de ces sociétés ne veulent encaisser aucune responsabilité.

Elles mettent au summum du sommet de l’Himalaya du capital, j’ai droit de faire ce qu’elles veulent pour satisfaire au veau d’or.

Si les végétaliens l’emportent, elles adoreront le Lotus ou autres pourvu qu’elles demeurent elles-même.

Mais, une chose d’importance n’a pas changé, nos bonne vieilles habitudes : les pauvres sont jetés à la rue ou à la mer dans les zones les plus sauvages.

Les classes moyennes sont destinées à rester sur place incapable d’avoir une raison d’aller voir ailleurs ; déjà que le voisin a l’herbe bien plus verte… et les toujours riches, eux, s’installent où ils le désirent, sans grande contrainte que d’avoir ce qu’ils ont déjà et l’envie d’autres choses pour tuer le temps mort de leur si chère vie.

 Ainsi, le véhicule électrique prend vie.

Comme le vélo éponyme, il sera indispensable pour notre mobilité à la rencontre des autres quidams.

Mais savez-vous que les batteries électriques sont le nerf de la guerre polluante ? Elles ne résolvent pas le problème du pillage planétaire, ni surtout l’esclavage d’hommes quelque soit la couleur de leur peau.

Mais, peut-être pire si cela est possible dans ce capitalisme libéral, c’est l’asservissement des populations, l’utilisation légendaire, mais réelle, des petits enfants.

Ils ont le bonheur de pouvoir se faufiler dans les veines saignées de la terre pour trouver les filons ? Ramener à leurs maîtres les matériaux précieux nécessaires à ces engins que peut-être, un jour, demain, ils pourront voir passer.

Encore faudra-t-il qu’ils aient la possibilité de s’enfuir sur de frêles embarcation pour arriver en terre promise.

Ainsi, ils pourront prendre goût de l’accueil qui leur sera servi sur un plateau de retour.

Ainsi va leur vie…

Booking.com

Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.