Accueil / Tests Produits / Le Wistiki est un objet connecté pour retrouver ses affaires

Le Wistiki est un objet connecté pour retrouver ses affaires

wistiki03Le Wistiki se présente sous la forme d’un tout-petit boîtier blanc qui enferme l’électronique d’un objet connecté.

On va attacher ou même coller le Wistiki à l’objet que l’objet que l’on passe son temps à chercher.

Aussi bien ses clés d’appartement, de voiture, même sa serviette, son cartable, pour les femmes leur sac à main, autour du cou du chien ou du chat (s’il accepte de porter un collier, ce n’est pas le cas du mien).

Enfin, à toute sorte d’objets qui ont un risque de se retrouver là où il ne devrait pas et que l’on passe du temps à rechercher. Et que l’on finit par retrouver à des endroits improbables.

Le Wistiki fonctionne en liaison Bluetooth via une application à installer sur son smartphone soit iOS (Apple), soit Androïd (Google).

Le Wistiki utilise une pile bouton (qui est fourni) et qui doit assurer l’alimentation de petit objet durant 1 an (je n’ai pas testé, mais je pense la durée de vie de la pile doit être fonction de l’usage du Wistiki).

Au sujet de la pile, j’ai pour habitude de ne jamais lire les modes d’emploi et bien entendu j’ai tout de suite installé la pile dans mon Wistiki. Erreur, il faut mettre la pile à la fin au moment où l’on va faire reconnaître le Wistiki par son smartphone.

wistiki02Donc première chose à faire, installer le logiciel Wistiki (sur iPhone c’est très rapide, je suppose qu’il en est de même sur Androïd).

À ce moment, là on peut mettre la pile dans le Wistiki. Dès que la pile est en place, le Wistiki émet un court bip.

Sinon, il faut retirer la pile et la remettre. Le compartiment n’est pas simple à ouvrir, c’est tout petit et pas prévu pour être ouvert tous les 4 matins. Mais après quelques hésitations j’ai réussi.

Il reste à faire reconnaître le Wistiki par le Smartphone. Il a fallu que je m’y reprenne à plusieurs, mon iPhone ne voyant pas le Wistiki. C’est quelque chose de courant, puisque ce problème fait parti des questions fréquentes et où ils expliquent clairement ce qu’il convient de faire. Concrètement, il faut recommencer et à un moment donné, bingo, mon iPhone a capté le signal du Wistiki.

Il reste à donner un nom à son Wistiki, il est possible d’avoir plusieurs Wistiki, pour suivre à la trace plusieurs objets.

Une fois appareillée, la liaison reste stable. J’ai installé depuis une quinzaine de jours et à aucun moment le Wistiki et l’iPhone ont perdu leur liaison.

On va pouvoir depuis l’iPhone faire sonner le Wistiki (il faut vraiment tendre l’oreille, le son est assez faible). C’est une liaison Bluetooth, ça ne porte qu’à quelques mètres, c’est suffisant dans un appartement.

Point intéressant, si on perd l’objet où est attaché le Wistiki, l’iPhone gardera en mémoire la dernière position connue.

wistiki01Par exemple, en arrivant chez soi point, de clé dans votre poche. Le smartphone vous montrera, sur une carte la dernière position connue. Vous saurez, immédiatement si vous les avez oubliées au bureau (donc elles ne sont pas perdues) ou dans la rue et où.

Enfin, le Wistiki fonctionne également dans l’autre sens. Vous avez vos clés à la main,… mais où se trouve le smartphone. Le Wistiki a un unique petit bouton, en appuyant dessus, ça fait sonner le smartphone.

Pour résumer, le Wistiki est un petit gadget connecté que l’on peut accrocher à de nombreux objets que l’on craint de poser n’importe où et de ne pas retrouver.

Un dernier mot, Wistiki offre, aux lecteurs de Notre-Siècle une remise de 5 euros, en passant passant commande depuis leur site : http://www.wistiki.com/fr/wistiki-pack/8-pack-1-wistiki.html
et en utilisant le code : notresieclenoel

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Toujours indépendant, depuis plus de 30 ans, j’ai la chance d’avoir pu remplir de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement), coaching de groupe et individuel.

En intervenant au sein d’entreprises, principalement, des secteurs de l’assurance, de la finance ou encore de cabinets d’actuariat, de conseil en rémunération, d’avocats qui m’ont permis de développer mes compétences professionnelles.

Tout en restant consultant (si vous avez besoin d’un regard extérieur sur un projet, un problème, un questionnement, un audit ou tout autre,…), il y a une dizaine d’années j’ai découvert l’écriture … journalistique (avec https://notre-siecle.com et https://www.riskassur-hebdo.com).

Ces 2 sites ont une fréquentation sérieuses (en nombre et en qualité), cela peut être intéressant à utiliser pour du référencement naturel (SEO). N’éhsitez pas à me contacter pour en savoir pour en parler.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*