Accueil / Questions / Est-ce le début d’une guerre ?

Est-ce le début d’une guerre ?

daech0709J’ai entendu plusieurs commentateurs dirent que nous entrons dans une période de guerre contre ce que l’on appelle Daech et le Califat qui s’étend entre l’Irak et la Syrie.

Accueillir les réfugiés est indispensable, c’est un devoir humain et moral, même si certains voudraient fermer nos frontières et d’autres parquer les réfugier dans des camps de rétentions.

Mais, ce n’est pas suffisant, il faut combattre le mal lui-même et permettre à ces réfugiés de rentrer chez eux. Je ne crois pas qu’ils partent vers l’Europe, au risque de leur vie pour le plaisir.

Il y a un ennemi qui se nomme Daech et qu’il faut combattre. Depuis des années des bombardements permettent de limiter son avancé et ses implantations dans les régions entre l’Irak et la Syrie, mais c’est tout. La progression est ralentie mais pas stoppée.

Le problème est que ce n’est pas un ennemi comme par le passé.

Sans remonter à la nuit des temps, simplement à la Seconde Guerre mondiale. L’ennemie était l’Allemagne Nazi d’Adolf Hitler. Cet ennemi avait une forme bien définie, il était composé d’une armée la Wermarth et 2 formations spécifiques les SS et la Gestapo.

Mais, Daech n’a pas cette forme. Sur place, au sein de ce qu’ils nomment le Califat, il y a un bien un drapeau et des hommes armés. Mais, par d’uniformes, ce sont simplement des troupes habillées en civil.

Au-delà de ces troupes sur place, Daech a infiltré les autres pays de manière sournoise, en attaquant sous la forme d’attentat (kamikaze ou non). Ce fut le cas de l’attentat qui a, miraculeusement, échoué fin août, en France, à bord du train Thalys.

La notion de kamikaze n’est pas nouvelle, durant la Seconde Guerre mondiale, il y a eu des pilotes japonais qui partaient avec leurs avions dans des missions kamikazes. Mais, là encore, c’était un ennemi connu avec un avion aux couleurs du Japon qui n’allait détourner un avion de ligne de manière sournoise.

Si les commentateurs ont raison, si nous entrons vraiment dans une guerre contre le Califat et Daech, elle ne se déroulera pas – uniquement – là où ils sont implantés. Elle se déroulera, un peu partout dans le monde, là où ils ont des hommes prêts à commettre des attentats (même s’ils doivent mourir pour cela).

Daech ne nous a pas déclaré la guerre, comme se faisait par le passé pour ensuite nous attaquer de manière conventionnelle. Ce seront des attentats qui frapperont aveuglément des civils, là où l’on s’y attend le moins.

Pourquoi Daech fonctionne aussi bien, attire autant de monde (des gens issus de tous les pays, de toutes cultures, de toutes origines sociales,…) ?

Parce qu’ils ont le « nerf de la guerre », tout simplement l’argent. Sans argent, ils s’effondreraient.

Pour combattre un ennemi, quel qu’il soit, il faut trouver l’élément qui va permettre de l’empêcher de continuer.

Et avec Daech, c’est l’argent. Ils ne sont pas aidés de l’extérieur par d’autres pays, ils ont leurs ressources, notamment du pétrole qu’ils vendent des marchés parallèles.

Bombarder leurs implantations les rend plus fort, il y a des morts mais comme il y a de nouvelles recrus, ça ne change rien.

Je crois qu’il faut que nos fins stratégies étudient le moyen de les asphyxier en les ruinant le plus rapidement possible. À ce moment-là, le Califat et toute leur organisation s’effondreront.

Mais, aujourd’hui a-t-on les moyens et une réelle envie d’entrer en guerre contre le Califat. Je m’interroge !

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.