Accueil / Réflexions / Ce sont les cigarettiers qui dénoncent les ventes illicites de cigarettes en France

Ce sont les cigarettiers qui dénoncent les ventes illicites de cigarettes en France

cigarette1709Selon les estimations de l’un d’entre eux, un cigarettier américain de dimension mondiale, le commerce parallèle a atteint en 2013 un niveau record, pour représente 25 % du marché national, d’où un bond de 14 % en un an.

Pour en situer l’impact pour les finances publiques françaises, il estime que c’est pour l’État un manque à gagner de 4 milliards d’euros par an.

Notons au passage qu’une partie de cette consommation illicite en France ne devrait pas lui échapper, dans la mesure où les trafiquants s’approvisionnent sur des marchés où il est présent, notamment dans l’Union européenne, qui vient de lever pratiquement toutes restrictions au trafic transfrontalier.

A cette occasion, le représentant en France du groupe américain leader sur notre marché, avec plus de 42 % des ventes, a déclaré que cela ne peut pas durer et qu’il faut inverser le mouvement, en ajoutant :« Les pouvoirs publics doivent prendre la parole sur ce sujet et rappeler que la revente de tabac est interdite, ainsi que les commandes sur Internet, tout en débanalisant le « bon petit plan » qui consiste à faire provision de cigarettes à l’étranger.

Il faut croire que ce trafic lui devient préjudiciable, car il se dit prêt à aider le gouvernement français en lui apportant toutes les informations nécessaires et en mettant à sa disposition sa connaissance du marché.

La situation est grave, car début avril, Philippe Morris a annoncé la fermeture de sa plus grande usine européenne aux Pays Bas, avec une capacité de production de 75 milliards d’unités par an et que le britannique, Imperial Tobacco, après avoir repris l’usine Seita de Carquefou près de Nantes, vient de la fermer.

C’est la conséquence de l’arrivé sur le marché de nouvelles marques , dont nul ne sait où elles sont fabriquées et, surtout ce qu’elles contiennent et qui sont commercialisées en France au prix de 3 ou 4 euros, le paquet.

L’arrivée de ces cigarettes à prix cassé présente un double danger pour la santé publique :

– d’abord elle s’oppose à la politique de lutte contre le tabagisme suivie par le gouvernement, qui consiste, par des hausses successives des prix, d’inciter les fumeurs de réduire leur consommation, voire de cesser de fumer et d’en détourner, plus particulièrement les jeunes fumeurs,

– ensuite, alors que le gouvernement cherche à contrôler, avec plus ou moins de succès la teneur en nicotine, en goudron, la présence d’adjuvants nocifs dans les cigarettes mises sur le marché, les marques clandestines échappant, par définition, à tout contrôle, à cet égard.

La seule réponse efficace est la lutte contre les trafiquants, en remontant, le plus loin possible à leurs sources d’approvisionnement.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.