Vraiment nous sommes des c…

Pour bien nous faire comprendre que nous sommes des soutiers plongés dans le marigot, ceux qui pensent être sortis de la cuisse de Jupiter – il aurait donc d’aussi gros jambons ? – ne cessent de théoriser la manière de nous tenir en esclavage.

Déjà les as du marketing s’en tirent pas mal à gros boulets rouges pour nous dire ce que l’on doit ou pas acheter.

Maintenant, en fait depuis longtemps, c’est rentrer dans les bonnes mœurs que d’obliger l’autre.

Ainsi par exemple, l’idée géniale de peindre une partie des marches en touches de piano pour donner l’envie d’être virtuose avec ses pieds et de ne plus prendre l’escalator trop coûteux en maintenance.

Et, surtout, c’est rentrer en masse avec l’affaire de la Covid pour inciter les premières aux troisièmes lignes de la consommation de ne pas faire valoir leur droit de retrait pour que l’économie puisse continuer à tourner.

Évidemment, il y a des cas où.

Mais lorsque c’est généralisé pour nous mettre notre liberté en lambeaux c’est atteindre à notre esprit civique même si certains applaudissent des deux mains puisque c’est pour notre bonne santé.

Nous n’irons plus au Mali.

Certains pourraient dire que c’est bien car cela fera de la place à ceux qui ont été obligés de se transformer en migrants.

Mais, il n’est pas sûr que la situation soit meilleure..

mais ceux qui ont certainement le plus à craindre ce sont les marchands de bottes à qui le bourbier plaisaient bien.

Et le premier de l’intérieur de faire ressortir son for intérieur pour défendre un parti qu’il dit exécrer parce que véritable concurrent, malheureusement.

Mais, que dire de cette attitude qui ferait rougir les satanistes et complotistes par cette homme chargé de défendre le Culte et d’organiser des élections citoyennes, libres et républicaines.

L’on peut pense que dans tout çà, tout est bien penser.

C’est de tenter d’éviter les foules devant les urnes avant d’éviter une 4ème vague de virus variant autrement plus dangereuse.

Exit mobile version