Tout cela pour quoi ?

Encore une féminicide de plus d’une femme battue à mort pas un (sous)homme qui venait de sortir de prison.

Il n’avait pas le droit de visite.

Un point c’est tout, il n’y avait rien d’autre à voir.

Pourtant, le (sous)homme est allé au bout de son chemin devenu de croix pour son ex.

Encore une preuve de la non cohésion des services dont l’organisation préfère tout conserver pour rien au lieu de partager pour le bien de tous, notamment de celles et ceux (il y a aussi des hommes dont on fait silence) qui seront victimes finales.

Il paraît que l’on manque de moyens matériels c’est-à-dire d’Euros pour les financer.

Une bonne nouvelle, la nouvelle règle d’imposition des grands groupes internationaux qui ne payent pas jusqu’à maintenant leur dû en fonction des ventes réalisées sur notre sol, devrait nous dégager un espace de 10-15 milliards d’euros.

De quoi satisfaire à quelques demandes voire à d’autres s’il en reste.

Et dites les sur-doués du gouvernement, si vous pensiez à renforcer les fonds sociaux y compris les caisses de retraites.

Ça se serait une bonne sacrée réforme.

 Mais, que c’est dur d’être un personnage politique.

Notre premier de ce gouvernement que certains contestent fermement puisque issu d’un homme à faible majorité, est encore homme de contact(s).

Mieux vaudrait, sans doute pour lui, qu’il les choisisse mieux.

Sinon il va finir comme son patron en gifle.

Combien de fois, faudra-t-il lui répéter que devant la Covid, il faut savoir se mettre du bon côté de la barrière ? Il n’y a donc personne en charge de sa santé à ses basques ? Le vénérable assureur mondial de France, cocorico, ne voulait pas faire face à ses obligations.

Sans doute trop lourdes a porter sur ses frêles épaules malgré la réassurance.

Mais, il lui a fallu déchanter car, en face, certains restaurateurs ont fait appel à des ténors.

Et comme ces derniers aiment bien la bonne bouffe, ils n’ont pas mâché leurs mots.

Exit mobile version