Retour impossible ?

Daesh se délite soufflé par la puissance des forces du bien ; star War a vaincu.

Heureusement que cela est fait même s’il y a encore fort à faire.

Des français s’en étaient allés croyant suivre une étoile brillante dans la voie lactée.

Ils ont fait ce qu’ils ont cru devoir faire et beaucoup du voisinage de leurs victimes leur en veulent de manière juste.

Ils ont fait aussi des enfants.

Ces derniers ont parfois encore leurs parents, voire leur mère seulement.

Doit-on les laisser croupir là où ils sont sous prétexte pour les uns qu’ils y sont allés de leur plein gré.

Mais pour ceux nés la-bas ou emmenés de force car trop faibles pour résister à l’appel ? Qu’en faire ? Certains disent, avec justesse, que l’on en peut pas faire confiance au repentir d’un djihadiste comme si tous ces derniers n’étaient que duperie, tromperie, fourberie.

Ce que n’arrivent pas à comprendre ces gentils chrétiens, cernés droit dans leurs bottes de justes chrétiens sur de détenir la Vérité.

Similitude entre ces deux forces de l’esprit : ils regardent tous vers les mêmes cieux sans y voir la même chose si jamais ils voient quelque chose.

Mais est-ce une raison pour les laisser à la merci d’un état dont ne connaît ni le gouvernement, ni les lois, seulement savoir que les résidents se réservent le droit de mort sur les perdants comme le faisaient ces derniers lorsqu’ils étaient gagnants.

Est-ce que notre beau pays doit se laisser faire cette loi du talion ?

Est-ce que notre si belle civilisation, dont on est si fière que nous n’hésitons pas à l’exporter de force plutôt que de gré à des civilisations plus anciennes encore mais qui n’ont rien à nous dire, surtout à nous prouver.

Un peu comme un ado devant ses parents démunis.

Allez France, terre des hommes libres, dont la femme l’est peu à peu, pas à pas, un effort.

Ramenez ceux qui le veulent, accompagnez-les et évitez leur de nouvelles mauvaises rencontres dont les gardiens pénitentiaires ne peuvent plus gérer s’ils restent groupés.

Exit mobile version