Qui en sera

C’est la casse du siècle, le plafond de verre brisé pourrait faire que la Dame parricide au chat pourrait bien gagné sa batailles, si ce n’est la guerre.

Un sondage qui n’est plus secret permet de penser à cette bascule en faveur de la cheffe de l’extrême droite qui se donne genre de gauche sociale (euphémisme).

Mais, ce sondage confirme autre chose.

Si l’on savait que depuis longtemps les ouvriers avaient déserté leur Pc pour passer la ligne rouge de ce parti extrême, l’on sait maintenant que l’illuminé ne peut être réélu que grâce à la gauche bobo et caviar réunie.

Jusqu’alors, en bonne petite troupe libérale, ces gens s’étaient ralliés en dernier ressort à celui qui faisait front à celle qui se voulait nationale.

C’était en désespoir de cause d’un espoir de ne pas voir le pire arriver.

Mais le virus circule, les idées guerrières contre l’autre, de préférence l’étranger migrant aujourd’hui qui sera peut-être le voisin de palier demain, avec une bonne dose de je vous ai, moi, compris, font raz de marée haute.

Et, continuellement déçu par les effets dévastateurs d’une droite qui veut faire en même temps le grand capitalisme et un petit social à la sauvette, ces gens qui se disent de gauche décident, du moins aujourd’hui, de faire les têtus et de dire non.

Débrouillez-vous entre vous, faites seuls votre tambouille, nous nous retournons à nos terres pour tenter de sauver ce qui se peut : notre bon climat d’entre nous.

Pendant ce temps là, les pauvres s’appauvrissent, les riches s’enrichissent.

Et la classe moyenne attend toujours la comète du ruissellement qui la sortirait de cette mouise d’avoir peur de prendre l’ascenseur social qui dans le sens de la descente semble fonctionner à merveille même si Alice n’est pas de l’aventure.

Et les moyens riches, les fameux Csp+, voire ++ se demandent bien où prendre leurs quartiers.

Exit mobile version