Techno.

Qu’est-ce que le chiffrement ?

Bien qu’on l’appelle souvent cryptographie, les deux termes ne sont pas les mêmes. La cryptographie est l’acte de cacher une communication, tandis que le chiffrement se rapporte aux moyens de rendre opaque cette dernière.

Dans un sens fondamental, le chiffrement est le fait de sécuriser une information d’une manière qui ne peut être lue que par l’émetteur et le récepteur. Avez-vous déjà eu un ami à qui vous envoyiez des messages codés ? Si c’est le cas, vous connaissez déjà le concept de base du chiffrement.

L’histoire du chiffrement

Même si le chiffrement semble être devenu prépondérant de nos jours, ses débuts remontent à la naissance de la civilisation moderne. Le terme chiffrement vient du mot grec kryptos, qui signifie secret. En fait, la première utilisation documentée de la cryptographie écrite remonte à 1900 av. J.-C., lorsque les historiens ont trouvé les traces d’un scribe égyptien qui écrivait des messages cachés parmi des inscriptions hiéroglyphiques.

Quelques centaines d’années plus tard, les écrivains hébreux avaient commencé à utiliser une forme de cryptographie qui remplaçait la dernière lettre de l’alphabet par la première (par exemple, Z devenait A, Y devenait B, etc.). Connu sous le nom de système Atbash, ce type de chiffrement est censé être utilisé dans la Bible.

Et, bien sûr, il y a le système Enigma, qui est sans doute la forme la plus célèbre de chiffrement pré-internet. Créé par l’ingénieur allemand Arthur Scherbius en 1918, ce dispositif cryptographique révolutionnaire a finalement été repris par l’armée allemande. Il a fallu attendre 1941 pour que les Britanniques parviennent à résoudre complètement Enigma, un événement qui, selon les historiens, a marqué un tournant dans la Seconde Guerre mondiale.

Comment nous utilisons le chiffrement aujourd’hui

Bien que les méthodes de cryptologie sur papier existent depuis des milliers d’années, le chiffrement moderne remonte directement à la fin des années 70 et à l’avènement du standard DES, ou Data Encryption Standard. Développé par IBM, c’était la forme de chiffrement de facto jusqu’en 1997.

Avec l’avènement d’Internet, la cryptographie est rapidement devenue numérique, et les protocoles de chiffrement qui étaient autrefois considérés comme incassables se sont avérés fragiles selon les normes actuelles. L’AES, ou Advanced Encryption Standard, est rapidement devenu la norme après la découverte de méthodes pour casser les sécurités du DES.

Contrairement aux formes précédentes de chiffrement, l’AES utilise des clés pour brouiller des paquets de données. C’est la plus haute forme de chiffrement actuellement disponible et c’est également la méthode de choix pour l’armée américaine et les VPN les plus sécurisés comme ExpressVPN par exemple. En utilisant le système AES 256-bit, il faudrait des milliards d’années pour que même les supercalculateurs les plus avancés soient en mesure de décoder un message.

Pourquoi le gouvernement empiète sur le chiffrement

Du philosophe John Locke à l’auteur Edgar Allen Poe, la pratique du chiffrement des messages a été largement utilisée. Et bien qu’il soit pratiquement impossible de déterminer avec précision à un moment précis de l’histoire de l’humanité où l’idée du chiffrement est passée de quelque chose d’utile à quelque chose de nuisible, les gouvernements essaient aujourd’hui de créer un précédent en partant du principe que vos renseignements devraient être facilement accessibles en tout temps.

Heureusement, Apple, Google et d’autres acteurs de l’internet voient la valeur de la vie privée des utilisateurs et chiffrent maintenant la plupart de leurs appareils par défaut. Naturellement, les autorités ne voient pas forcément ça d’un très bon oeil.

Tags

Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page