Plein d’eau écoper

Cela me faisait bien sourire lorsque j’entendais un adulte dire que le caïman était un drôle d’oiseau. Dommage qu’aujourd’hui il ne soit plus, car je détiens ma vengeance d’une vérité qui n’aurait pas du faire sourire en son temps.

Le Caïman est bien un oiseau, certes de fer mais je l’ai vu voler sur Paris pour me signifier comme un beau signe qu’il était vraiment.

Et qui aurait dit que l’on aurait entendu La mer d’un Trenet connu pour sa jovialité au cours d’un concert de l’armée étrangère ? D’un précédent, je m’étais étonné de ne pas voir de masque pour ce défilé de 4 juillet consacré aux soignants mais aussi aux deuxième lignes que sont les éboueurs, chauffeurs routiers et bien d’autres encore comme les caissières et caissiers ou paysans ayant continué leur labeur malgré le risque dans rendre malade les leurs.

Mais, ce n’était que pour le défilé car tout de suite après, tout le monde le revêtait se masque faisant partie des gestes barrière pour faire front à la pandémie et vaincre comme il se doit.

l’illuminé est fort très fort et surtout imbu de sa personne qui, lors de cet interview aimerait bien se poser les questions qu’elles sont bonnes tellement il ne laisse pas les journalistes poser ce qu’ils devaient faire.

Mais à une question qui parle de changement tout à droite, il répond qu’il n’est pas d’accord.

Qu’il faut savoir dépasser les partis.

Oui, sans doute, mais pour lui, cela passe uniquement en priorité par la droite extrême et quelques passeurs de plateau de gauche caviar.

 Formidable, un nanti bien placé dans son fauteuil moelleux d’un studio où il fait état de sa science demande aux français de se calmer sur leurs revendications et que, au contraire, il faut devant la dureté du moment se taire pour permettre à la France de redémarrer afin de ne pas laisser une dette énorme à nos enfants.

Il prend une image où il dit que tout le monde est sur le même bateau.

Oui, il y a ceux qui ont une suite avec bacon sur mer et d’autres sont en soute…

Exit mobile version