Notre-Siècle

Loi Pinel … et si on en parlait !

Sans doute vous aussi, nombre sont les messages sur les nombreux avantages de la Loi Pinel.

Un vrai plaisir que de pouvoir constituer un patrimoine sur le dos des autres : les impôts tout d’abord (merci pour la communauté) et les locataires ensuite (pas de votre faute si certains ne peuvent s’acheter un logement décent).

En gros, plus c’est énorme plus c’est beau, vous achetez un appartement neuf correspondant aux normes actuelles (oui, il faut bien se justifier) et, surtout à crédit, pour que l’avantage soit encore plus élevé.

Disparition de la T.V.A (oui, je veux bien, mais j’ai comme l’impression qu’à l’achat, le prix de l’ensemble ne baisse ???), crédit d’impôts sur 6, 9 ans ; qui dit mieux ? Moi, monsieur, 12….

Avec tout cela qui disparaît, le différentiel devrait être également pris en charge grâce au loyer par un généreux locataire qui ne sait dire qu’une chose : oui, monsieur.

Et, après, si jamais de votre poche, vous devez débourser, ce sera minime, très minime que vous ne sentirez rien du tout ; c’est garantie à vie ou presque… et c’est là que la vérité vraie apparaît, une fois le rêve estompé.

Tout d’abord, l’immeuble construit est-il vraiment dans une région qui en a besoin ?

Si c’était vraiment le cas, les constructions n’auraient pas déjà poussées comme des champignons, la nature a horreur du vide.

Etes-vous vraiment certain que vous aurez toujours un bon locataire payeur qui ne dégradera pas votre bien et en annexe le reste de la copropriété ?

sinon, tant pis pour vous l’effort d’épargne sera plus important, voilà tout.

Mais, avez-vous pensé à la période d’après, celle qui correspondant à l’arrêt de la réduction d’impôts (6, 9 ou 12 ans) ?

Attention, le crédit continue à courir si vous n’avez pas pensez à vous engager uniquement sur cette même période.

Bien entendu, l’on vous a fait miroiter votre reflet dans ce beau miroir aux alouettes que vous contemplerez après avoir revendu cette acquisition.

Ah bon, vous croyez ?

Mais, n’avez pas l’impression que les autres copropriétaires sont dans la même situation ?

Plusieurs ventes au même endroit font baisser les prix ou carrément fuir l’acheteur éventuel. D’ailleurs ledit acheteur n’aura d’intérêt que si votre bien est vendu au prix de l’ancien (oui, votre bien neuf est vieux maintenant).

Croyez-vous, que vous pourrez attendre que le prix de l’ancien atteigne le vôtre pour éviter un déficit ou perte ???

Moi je crois savoir ce que je vais faire, et vous ??