Le plan de relance du gouvernement consacre 500 millions d’euros à la mise à niveau numérique de l’État

La publicité faite autour de ce plan est l’occasion pour nous d’apprendre l’existence d’une ministre et non pas d’une secrétaire d’État, en charge de la numérisation des services publics, en l’occurrence Amélie de Montchalin, en tant que ministre de la transformation et de la fonction publique.

Le gouvernement progresse dans le chantier destiné à rendre accessible en ligne 250 démarches administratives du quotidien.

L’objectif fixé par le président de la République est atteint à 73 %, puisque 182 démarches peuvent aujourd’hui être faites sur Internet, qu’il s’agisse de payer ses impôts ou de demande une aide au logement.

En présentant ce bilan, la ministre a pris soin de préciser qu’il ne s’agit pas, ce faisant, d’éloigner les citoyens des services publics, au contraire d’élargir les différentes voies d’accès à ces services.

La situation à ce stade est cependant différente d’un ministère à un autre, la part des démarches réalisable en ligne varie de 30 % pour la justice et de 100 % pour la transition écologique, l’agriculture, l’économie ou les services du Premier ministre, les contraintes techniques et le point de départ n’étaient pas les mêmes pour tous, a expliqué la ministre.

Le programme n’est pas arrivé à son terme, pour progresser, la ministre compte sur les avis des citoyens, ce qu’ils en pensent, c’est notre boussole, avec des taux de satisfaction variables d’un ministère à un autre.

Les moins satisfaits sont les personnes en situation de handicap, seul 12 % le sont, on n’est pas bon reconnaît la ministre, en promettant une mobilisation des services.

Dans le cadre du plan de relance, 500 millions d’euros sont consacrés à la mise à niveau numérique de l’État, des collectivités locales et des agents publics, 208 millions d’euros devraient permettre de donner à ces derniers de meilleurs outils de travail pour réaliser leurs missions, avec pour objectif, pour la ministre, de se mettre au niveau des employeurs privés.

Exit mobile version